Des robots radar dans le cerveau

Par 26 mai 2008

Le Caltech développe des appareils robotisés miniatures capables de traquer les signaux neuronaux émis par un patient paralysé. But : améliorer les solutions de contrôle d'un système mécanique par la pensée.

Contrôler un bras robotisé par la pensée : le projet n'est pas nouveau. Le Fraunhofer, par exemple, développe un prototype qui capte les ondes cérébrales et le mouvement des yeux pour se mouvoir. Mais le Caltech (California Institute of Technology) va plus loin : il travaille sur un appareil robotisé miniature qui s'implante directement sur les électrodes placées dans le cerveau. Celui-ci, qui agit comme une interface cerveau-machine, permet de capter de manière plus efficace les signaux émis par les neurones pour activer un système robotisé ou un ordinateur. Intérêt : si les signaux sont de meilleurs qualités, les messages transmis le seront aussi et permettront de faire évoluer avec plus de souplesse et de précision un bras robotisé ou tout autre système relié.
Un logiciel pour traquer les ondes cérébrales et les avions ennemis
Le dispositif fonctionne via un algorithme qui lui permet de positionner les électrodes de manière à mieux percevoir et isoler les signaux émis par les neurones. Et à les retransmettre au logiciel. Concrètement, le système est programmé pour détecter les différents flux électriques qui passent dans les électrodes. Quand il en capte un, il tâche d'en percevoir la qualité. Une fois ceci effectué, il est capable de faire se mouvoir l'orientation de l'électrode jusqu'à enregistrer un signal de qualité optimale. Pour développer ce dispositif robotisé aux allures de radar, les scientifiques du Caltech se sont inspirés d'un logiciel utilisé par l'armée américaine pour repérer la position des avions ennemis.
Des interfaces à améliorer
Selon les fondateurs du projet, ces dispositifs miniatures devraient permettre de dépasser certaines des difficultés qui empêchent de mettre au point des interfaces neuronales de grande ampleur. Ce, dans le but de développer des prothèses dites neuronales, ou neuroprothèses. D'autres applications robotiques sont envisagées, mais les chercheurs ne donnent aucune précision sur le sujet. Pour le moment, seul l'algorithme a été définitivement mis au point. Les interfaces robotisées cerveau-machine doivent encore être améliorées. Pour information, le travail a été présenté à l'occasion de la 2008 IEEE International Conference on Robotics and Automation qui s'est déroulée en Californie la semaine dernière.

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas