Robots : quels usages pour les professionnels ?

Par 31 mars 2006

Si les robots ont déjà largement fait la preuve de leur capacité à remplacer l'être humain dans le domaine industriel, où ils s'acquittent sans broncher des tâches les plus ingrates ou les plus...

Si les robots ont déjà largement fait la preuve de leur capacité à remplacer l'être humain dans le domaine industriel, où ils s'acquittent sans broncher des tâches les plus ingrates ou les plus répétitives avec rigueur, la robotique nous réserve encore de belles surprises dans le domaine de l'entreprise. Tout autour du globe, des équipes de chercheurs s'emploient à démontrer qu'une fois les a priori surmontés, la machine est bien souvent capable de suppléer, voire de remplacer l'être humain.
 
- le robot qui servait le café
- le robot qui tutoyait Parkinson
- Attrapez moi ce lapin !
 
Le robot qui servait le café
 
Asimo 2 est l'une des réussites emblématiques en matière de robots humanoïdes. Son aptitude à se mouvoir seul, à transporter des objets ou à parler laisse deviner l'arrivée, dans un avenir proche, d'hôtesses d'accueil virtuelles, des machines accompagnatrices de personnes âgées ou des nourrices robotiques. La réalité a même déjà rattrapé la fiction, comme en témoignent Wakamaru, le robot communicant mis au point par Mitsubishi, et ses nombreux concurrents.
 
Wakamaru : une future hôtesse d'accueil ?
 
Auriez-vous l'idée de confier l'un de vos proches à une machine ? Cette simple évocation rebute la plupart des occidentaux, mais les Japonais ne raisonnent pas de la même façon. Culture animiste et vieillissement de la population sont quelques uns des phénomènes qui conduisent les habitants de l'archipel à miser sur la machine pour venir en aide à l'être humain.
 
Une machine pourrait-elle mieux recevoir vos clients potentiels que la plus sémillante de vos hôtesses ? L'hypothèse n'est pas si inconcevable : dotez votre robot d'une apparence agréable (voir Actroid, ci-dessous), d'une voix synthétique aux inflexions aimables, ainsi que de la capacité de répondre de façon sensée à son interlocuteur et vous disposerez d'un hôte ne perdant jamais son sang froid, ne prenant jamais de pause, à même de vous prévenir instantanément de l'arrivée d'un contact.
 
Actroid, de Kokoro et Advanced Media
 
Garde-malade, nourrice ou hôtesse, le robot devrait rapidement tirer parti de la démocratisation des objets communicants, phénomène dont le Nabaztag de la société Violet n'est que la surface ludique. Qui mieux qu'une machine cybernétique saurait assurer la liaison entre ces différents appareils ? Un certain nombre de tâches, jusqu'ici accomplies par l'homme, pourraient bien passer, dans un avenir proche, sous la responsabilité de machines. Une fois avérée, cette tendance ne devrait pas concerner que le domaine domestique, mais affecter de nombreux pans de l'activité humaine.
 
Le robot qui tutoyait Parkinson
 
Les impacts de la robotique dans le domaine médical sont considérables, pour la bonne et simple raison que la machine peut accomplir des prouesses dont l'homme, si brillant soit-il, n'est pas capable. Précision diabolique, marges d'erreur insignifiantes, les nombreuses expérimentations conduites en matière de robotique médicale ont prouvé que la machine savait dans certaines circonstances remplacer le bras humain.
 
Sans parler de la possibilité pour un homme de mener à distance, par bras mécanique interposé, une opération délicate, ou de ce robot radiocommandé de 15 millimètres de diamètre, récemment mis au point par l'université du Nebraska, capable de se déplacer en tournant sur lui-même et d'effectuer ainsi une biopsie dans l'estomac d'un patient sans risquer d'en endommager les tissus. Par ailleurs, trois hôpitaux français viennent de s'équiper de CyberKnife, un système de radio-chirurgie robotisée conçu pour traiter les tumeurs solides, mis au point par Accuray Incorporated.
 
 
Un robot chirurgien radiocommandé
 
Etape suivante : des machine capables d'effectuer seules le diagnostic d'un patient. Inconcevable ? Pas si sûr. En juin dernier, NEC System Technologies dévoilait un prototype de robot capable de goûter les aliments pour prodiguer des conseils de santé ou de diététique. D'autres initiatives voient le jour régulièrement et l'on peut supposer qu'à terme, les robots pourront remplacer les médecins pour un certain nombre de diagnostics. La chaleur humaine en moins ?
 
A lire aussi : Les quatre serments de la cyber médecine
 
Attrapez-moi ce lapin !
 
 "Catch that rabbit" est le titre d'une des neuf nouvelles qui compose l'ouvrage de science-fiction de référence sur le thème de la robotique : Les Robots, par Isaac Asimov. On y suit les aventures de DV-5, dit Dave, un robot minier chargé d'exploiter un astéroïde. Vieille d'un demi-siècle, cette vision de la conquête spatiale n'est pas obsolète : les robots ouvrent la voie à l'homme, qui développe pour cela leur aptitude à se mouvoir sur tout type de terrain.
 
Spirit et Opportunity, les robots débarqués sur Mars par la Nasa à des fins d'exploration, sont emblématiques de ce mouvement. Dotés de six roues (sauf Spirit, dont la roue avant-droite ne fonctionne plus depuis deux semaines), ils sont capables de se déplacer de façon autonome. Malheureusement, Google Mars ne permet pas encore de suivre leurs traces.
 
 
Spirit évolue à la surface de Mars
 
Plus près de nous, les machines rendent parfois de précieux services à l'homme, en pénétrant pour lui dans les endroits inaccessibles. Souvenons-nous par exemple des robots utilisés pour rechercher des survivants dans les décombres du World Trade Center. Equipés de chenilles et d'une structure à géométrie variable, ils sont capables de s'infiltrer dans les endroits les plus confinés pour indiquer aux sauveteurs où et comment atteindre les victimes.
 
S'inspirant souvent du monde animal pour mettre au point les moyens de déplacement de leurs machines, les chercheurs en robotique réalisent des machines aux formes parfois surprenantes capables d'escalader des obstacles ou de se mouvoir sur tout type de surface (voir par exemple les machines mises au point par Boston Dynamics).
 
Les humanoïdes ne sont pas en reste : leur habileté va, à l'image de ces robots capables de se mettre debout en reproduisant les mouvements du corps humain, ou de Murata Boy, dont les multiples capteurs lui permettent d'évoluer sur un vélo tout en conservant son équilibre.
 
De nos jours, difficile d'être exhaustif lorsqu'on aborde le domaine de la robotique tant les projets sont variés et prolifiques. Dans quelques domaines, la machine surpasse déjà l'homme. Son essor pourrait bouleverser significativement certains pans de l'activité humaine.
 
A lire aussi : Les machines apprivoisées, de Frédéric Kaplan
 
Alexandre Laurent, pour l'Atelier
 
(Atelier groupe BNP Paribas - 31/03/2006)

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas