Le rôle de l'influenceur, pas si important sur les réseaux sociaux ?

Par 10 avril 2013 1 commentaire
influenceur exclu

Selon l'université Polytechnique de Turin, il faut miser sur les influenceurs, mais plus pour diffuser un message que pour peser sur une opinion. En effet, une de ses équipes juge que l'opinion d'un utilisateur ne peut jamais être entièrement fléchie par celles des autres personnes.

L'étude des mécanismes à l’œuvre dans les réseaux sociaux, le rôle des influenceurs et les algorithmes mathématiques mis au point afin de les déterminer parmi d'autres utilisateurs sont aujourd'hui bien connus. L'analyse des interactions à l'intérieur d'un groupe et le suivi de l'évolution d'une opinion, elle, reste toutefois plus marginale. Plusieurs chercheurs de l'Université Polytechnique de Turin, associés à un scientifique de l'Institut de Technologie de Tokyo, définissent une « gossip dynamic » à l'intérieur des réseaux sociaux. Cette dynamique montre, qu'entre autres, la pensée d'une personne ne s'accordera généralement pas tout à fait en un consensus avec celle d'autres personnes de son groupe. En effet, un utilisateur ne saurait être totalement libre d'esprit, et ses opinions actuelles prendront toujours en compte ses propres présomptions de départ.

Du frein à la liberté d'esprit

Ce mouvement particulier, définit par un algorithme mathématique qui suit l'évolution de l'opinion, est basé sur le modèle de Friedkin et Johnsen, qui considère qu'un individu n'adhère à un point de vue seulement jusqu'à un certain degré. L'hypothèse des chercheurs de l'université polytechnique de Turin se fonde sur le même modèle, à la différence que dans leur algorithme, les utilisateurs interagissent par paires choisies aléatoirement. Ce mouvement, définit par un algorithme mathématique qui suit l'évolution d'une opinion d'un utilisateur qui mêle à son opinion actuelle celle de son voisin et ses présomptions de départ. Cette combinaison, appliquée à un réseau social, a montré par la suite que les « préjugés » que les utilisateurs possèdent dès le départ ne changeront pas sur le long terme.

Une découverte pour en faciliter d'autres

Le résultat obtenu est une dynamique des communications dite aléatoire, puisque les utilisateurs choisis ne possèdent pas de liens entre eux et, de plus les oscillations d'opinions sont elles aussi aléatoires par nature. Selon les chercheurs, ces techniques faciliteraient la compréhension d'autres algorithmes basés sur une approche aléatoire, comme l'étude publiée en 2010 par deux des chercheurs, Roberto Tempo et Hideaki Ishii, portant sur les algorithmes aléatoires, le calcul du PageRank sur Google et les systèmes multi-agents.

Haut de page

1 Commentaire

J'ai pu vérifier à plusieurs reprises ce phénomène. C'est pour ça que j'ai pris l'option de travailler sur des outils qui développent une approche de cartographie cognitive des opinions. L'approche par profilisation de l'individu est largement suffisante pour pouvoir prédire son comportement mais la cartographie dynamique des thèses a une stabilité hautement prédictive. En clair, on peut visualiser la pensée collective dans sa grande diversité et en prédire les mouvements dominants avec les bons algorithmes. C'est une approche du sujet à l'inverse de l'approche anglo-saxonne qui leur empêchera toujours de développer certain type de recherche.

Soumis par amar.lakel - le 12 avril 2013 à 08h30

Vos commentaires

(If you're a human, don't change the following field)
Your first name.
(If you're a human, don't change the following field)
Your first name.
Le contenu de ce champ sera maintenu privé et ne sera pas affiché publiquement.
  • Aucune balise HTML autorisée
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Plus d'informations sur les options de formatage

En soumettant ce formulaire, vous acceptez la politique de confidentialité de Mollom.

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas