La route vers des paiements simplifiés est semée d'ignorance

Par 12 novembre 2007

Des freins culturels freinent l'émergence des nouveaux modes de paiement. La formation des consommateurs et une plus forte implication des banques et commerçants pourraient en venir à bout.

L’évolution actuelle des modes de paiement dépend à la fois des consommateurs et des entreprises. Pour les premiers, la rapidité, la disponibilité et la sécurité apparaissent comme les facteurs principaux de l’adoption de nouveaux moyens de règlement de leurs achats. L’essor des solutions tap and go – comprendre paiement sans contact - aux Etats-Unis et au Japon en est un exemple représentatif. Quoi de plus pratique que de régler en une fraction de seconde son journal ou sa baguette par le simple passage d’une carte, d’un mobile ou d’un porte-clés muni d’une puce RFID ! Quant à la prise de conscience des risques de fraudes liés à Internet, elle s’annonce comme un nouveau moteur de l’adoption de solutions de paiement de type PayPal. Pourtant, une majorité d'internautes (85% selon une étude Visa Europe – IFOP), auraient opté pour le règlement par carte pour leurs achats en ligne l'an dernier.
Changer ses habitudes
La carte bleue est-elle indétrônable ? Non, mais pour pouvoir se tourner vers le mode de paiement qui leur convient le mieux, les consommateurs doivent déjà avoir connaissance de l'existence desdits moyens de règlement. « Les gens paient par carte sur Internet car c’est ce moyen qu’ils utilisent le plus couramment. Sur le principe, la plupart d’entre eux considère que c’est risqué mais n’ont pas connaissance des autres solutions qui s’offrent à eux », indique Philippe Torres, Directeur du conseil de L’Atelier. D’un point de vue pratique, la réponse à certains besoins spécifiques pourrait être un autre facteur d’adoption massif. Dans ce cadre, des solutions combinant carte de transport et système de paiement ont déjà vu le jour dans certaines zones urbaines. Autre exemple : les cartes de paiement prépayées sont une alternative crédible pour les consommateurs ne disposant pas de compte bancaire, notamment pour les populations des pays en développement.
Un marché ouvert
Des usages qui représentent autant d’opportunités pour les entreprises. "Ce marché est particulièrement ouvert et donne matière à innover aussi bien en terme de business qu'au niveau technologique", précise Philippe Torres. D'un autre côté, les commerçants comme les banques sont incités à déployer des solutions nouvelles, plus efficaces en termes de coûts. Avec en ligne de mire la diminution des frais de gestion de l'argent liquide. Au-delà des économies qu'il peut générer, l'emploi de nouveaux modes de paiement peut également être un élément de différentiation compétitive. A l'image des solutions sans contact Speedpass et easyPay - développées par les fournisseurs de carburant Shell et Exxon Mobil - qui vont évidemment nécessiter des investissements d'infrastructure substantiels. Reste alors à savoir qui, des banques, des commerçants ou des fournisseurs de solutions de paiement, voudront en assurer la charge.
Julien François

L’Atelier groupe BNP Paribas

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas