Le rugby se pratique même dans les mondes virtuels

Par 16 octobre 2009
Mots-clés : Smart city, Europe

Pour aider les sportifs à développer leurs réflexes et mieux comprendre ce qui déclenche leurs prises de décision, l'université de Queen's a mis au point un système d'entraînement qui utilise 3D et images à 360°.

Les mondes virtuels servent aussi à l'entraînement sportif : les chercheurs de l'université Queen's de Belfast ont développé un système virtuel pour les joueurs de rugby. Le but est de les aider à développer leurs capacités de perception. "Les avantages de cette technologie, c'est que contrairement aux jeux en ligne, le sportif est totalement immergé dans un environnement réaliste", explique Cathy Craig, responsable du projet. L'athlète voit des images en 3D défiler devant ses yeux, dans un casque. 
Explorer le comportement humain
"Lorsque l'utilisateur bouge la tête, son point de vue est automatiquement réactualisé. Ce qui lui fournit une expérience virtuelle à 360 degrés". Selon la chercheuse, l'utilisateur est du coup totalement absorbé par son expérience virtuelle. Ce qui l'encourage à interagir comme si le jeu se déroulait dans le monde réel. "Notre recherche est destinée à identifier les éléments clés qui influencent les décisions prises par les joueurs sur le terrain", ajoute Gareth Watson, qui a participé au projet. "En contrôlant les éléments présentés à l'athlète, nous obtenons des connaissances précieuses sur sa réaction et sa façon d'agir".
S'entraîner pour réussir
Selon lui, la connaissance du comportement humain est nécessaire pour mettre au point des équipements adaptés aux besoins des athlètes. Mais aussi améliorer leur efficacité et augmenter leur taux de réussite. "Le système représente également  un bon outil d'entraînement visuel pour développer la vision périphérique des joueurs", se réjouit Jeremy Davidson, entraîneur de rugby. "C'est un aspect vital du jeu". Le projet est le fruit de travail commun entre les ingénieurs, les psychologues et les sportifs de Queen's. 

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas