En Russie, pas de grand de l'Internet sans partenaire local

Par 07 juillet 2008
Mots-clés : Smart city, Asie-Pacifique

L'Internet russe est une affaire interne, et le web en cyrillique a plus joué la complémentarité que la fusion avec le mobile. Cette grille de lecture pourrait expliquer l'accord entre MySpace et l'opérateur MTS.

Principaux opérateurs russes ? Des filiales de SSII russes comme Sistema (Mobile Telesystems OJSC, MTS) ou de consortiums comme Alfa Group (Beeline). Principaux sites russes ? Des offres de services créés par des entreprises nées en terre slave : Yandex pour la recherche, Mail.ru pour la messagerie, ozon.ru pour le commerce électronique... Malgré tout, le marché est alléchant : le nombre d'internautes russe progresse de 25% par an. Les internautes devraient être 70 millions aux alentours de 2010. Quant au marché du commerce électronique, il connaît lui une croissance de plus de 30%. Le tout avec un web mobile qui démarre tout juste.
MySpace devient Wap avec MTS
Dans ce contexte, pas étonnant que les entreprises étrangères - une fois l'implantation en Chine réalisée - tentent l'aventure avec l'aide d'un grand acteur russe. Dernier en date, MySpace, qui sera dorénavant présent sur le portail Wap de MTS. MTS n'est pas le dernier venu : selon ses estimations, il est le plus grand opérateur de téléphonie mobile russe (plus de 85 millions d'abonnés), et récupérerait plus de 43 % du chiffre d'affaire généré par le contenu pour portables au premier trimestre 2008. L'Atelier profite de cette annonce pour vous faire découvrir avec Pierric Duthoit, DG du AuFéminin russe - WomanJournal - et Bernard Lukey, PDG d'Ozon.ru, les subtilités de l'Internet en cyrillique.

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas