Le SaaS n'est pas à l'abri de mauvaises pratiques

Par 14 juin 2010
Mots-clés : Smart city

Les applications de cloud computing ne sont pas la panacée, selon le Gartner : leur adoption par les entreprises doit suivre des règles, pour éviter que des pratiques comme le ''shelfware'' ne se propagent dans les nuages.

Pour que modèle SaaS (software as a service) tienne ses promesses, il faut veiller à ce que son adoption par les entreprises se fasse dans les bonnes circonstances, prévient le Gartner, en marge du sommet dédié au développement des applications et de l'architecture orientée services qui se tient en ce moment à Londres*. Selon l'institut de recherche, certaines pratiques pernicieuses que les professionnels connaissaient avec le modèle "software" traditionnel risquent de se propager aux services hébergés dans les nuages. Le phénomène du shelfware, par exemple - certaines licences achetées ne sont jamais utilisées par l'entreprise, ce qui représente un manque à gagner potentiellement important - n'épargne pas totalement ces plates-formes de cloud computing. "Le shelfware as a service consiste pour un utilisateur à souscrire à un service hébergé dans les nuages dont il ne profitera jamais vraiment par la suite", précise David Cearley, vice président de l'institut Gartner.
Plusieurs précautions
"Cela se produit principalement dans les organisations de grande envergure, mais toutes les entreprises sont potentiellement concernées", ajoute-t-il. Pour le cabinet, les solutions basées sur le modèle SaaS ne résolvent pas encore tous les problèmes, bien qu'elles fournissent incontestablement des avantages, en termes d'implémentation en particulier. Le Gartner recommande du coup plusieurs précautions : les entreprises doivent s'assurer qu'elles intègrent les solutions SaaS dans les bonnes conditions, en commençant par évaluer aussi précisément que possible la valeur de ces services. Elles doivent établir des règles à propos de l'utilisation de ces services et les responsables de la direction et des services IT doivent conjointement créer un modèle de gouvernance spécifique.
Inclure des considérations techniques à l'évaluation
Les fournisseurs de solutions hébergées dans les nuages doivent également être évalués, en incluant des considérations techniques, c'est-à-dire sans se limiter aux questions de performance du service proposé. Enfin, les professionnels doivent créer une feuille de route, et intégrer les outils de cloud computing à une démarche plus globale. A noter, selon le Gartner, les solutions de SaaS représentaient en 2009 près de 3,5% de l'ensemble des applications utilisées par les professionnels, contre moins de 3% en 2008. Et de prédire que l'ensemble du marché des services en entreprise atteindra près de 9 milliards de dollars en 2010.
* The SOA & application development and integration summit 2010 - du 14 au 15 juin.

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas