Le salarié porte sa technologie sur soi

Par 10 décembre 2007
Mots-clés : Smart city, Europe

Lunettes, habits, ceintures. Tout est bon pour que les employés du XXIème siècle soient un support pour des technologies comme la géolocalisation et la reconnaissance vocale.

Le projet WearIT@work propose aux employés du secteur industriel européen d'embarquer de nombreuses technologies sur eux et d'interagir avec elles. Ce, dans le but de les aider à améliorer leur productivité et leur sécurité au quotidien. C'est la Commission européenne qui lance ce projet de système informatique portable civil visant à rendre cette interaction entre l'homme et la machine accessible à tous. Quatre secteurs sont prioritairement concernés : l'entretien des avions, l'intervention d'urgence, la production automobile et les soins de santé. Le système utilise un cadre informatique ouvert, baptisé Open Wearable Computing Framework, qui comprend une unité informatique fixée au niveau de la taille permettant d'accéder à tout un écosystème technologique dernier cri.
Des technologies embarquées pour plus de performances
Cet environnement intègre des systèmes de géolocalisation, des outils de reconnaissance vocale, la communication sans fil, des dispositifs d'interface et des plates-formes logicielles. Un écran semi transparent placé à proximité de l'œil de l'utilisateur complète ce nouveau support de travail. Une fois équipé, l'employé peut accéder directement aux données dont il a besoin via la plate-forme sans passer par de multiples intermédiaires et des documents papier. Le dispositif peut également détecter l'avancement du travail effectué grâce à un système de capteurs intégrés et proposer ensuite de l'information contextualisée. "Nous souhaitons avant tout incorporer ce système dans les méthodes de travail quotidiennes", souligne ainsi Michael Lawo, coordinateur du projet et enseignant à l'université de Brême (Allemagne).
Améliorer les processus de communication
Dernière application : le soutien des processus de communication, de collaboration et d'information, en particulier pour les équipes d'intervention d'urgence. Ainsi, selon les responsables du projet, intégrer aux vêtements des sapeurs-pompiers plusieurs dispositifs légers comme des biocapteurs permettrait d'améliorer la localisation des dangers, du personnel et des voies de retraite, et leur communication. Une quarantaine de partenaires participe à WearIT@work, parmi lesquels Microsoft et Siemens. Le projet, financé à hauteur de 23 millions d'euros, sera développé expérimentalement jusqu'à la mi-2008. Ce, par le biais de différents projets pilotes. Les douze moins suivants seront consacrés à la mise en place d'une période de test sur le transfert et l'exploitation du système.
 

  

L'Atelier groupe BNP Paribas

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas