A San Francisco, MotionLoft évalue le trafic urbain pour la ville et ses commerçants

Par 13 juin 2013
Place Union Square à San Francisco

MotionLoft récolte et agrège des données sur le trafic des piétons et des voitures en ville en temps réel pour aider différents acteurs de la ville, des pouvoirs publics aux petits commerces, en passant par les agents immobiliers ou même les particuliers.

Mesurer le trafic urbain d’une ville permet de récolter une mine d’informations inestimable pour ses commerçants, les pouvoirs publics et le secteur de l’immobilier. A San Francisco, MotionLoft s’impose petit à petit comme une solution incontournable pour nombre d’acteurs. De multiples start-ups ont mis au point des technologies de mesure du trafic en magasin, avec pour objectif de réduire le coût pour le commerçant, tout en augmentant la précision des données récoltées. Pour réduire l’infrastructure, certaines solutions tirent parti des téléphones mobiles des passants. C’est par exemple le cas d’Euclide Analytics, qui se présente comme le “Google Analytics” pour les espaces physiques,et mesure le trafic en magasin grâce au WiFi. Seul hic, l’outil ne repère que les clients équipés de téléphones portables, et ne mesure que le trafic piéton. MontionLoft a développé une technologie qui permet de mesurer le trafic des piétons comme celui des véhicules (voitures, vélos) grâce à de simples capteurs disposés à l’extérieur des bâtiments. Les applications sont extrêmement nombreuses, allant de l’urbanisme à l’immobilier.

Recueillir et agréger des informations sur le trafic urbain en temps réel

La particularité de MotionLoft est ainsi de mesure l’ensemble du trafic attaché à un lieu, public ou privé. Cela permet, entre autres choses, de déterminer la valeur des biens immobiliers de la ville. MotionLoft installe des capteurs à faible consommation à l’extérieur des bâtiments et qui fonctionnent en permanence, 24h/24h. Chaque capteur faire environ 12 cm sur 12 cm, et peut par exemple être attaché à une fenêtre qui aurait une vue non obstructive sur la rue, ses piétons et ses véhicules. Toutes les informations collectées vont dans les nuages et sont ensuite organisées dans le tableau que fournit MotionLoft à ses clients. Les données sont bien entendu collectées de manière anonyme, sans aucun système vidéo. Le prix proposé commence à 279 dollars par mois et évolue en fonction de la personnalisation demandée. MotionLoft, qui a déjà installé des capteurs à San Francisco, sur Times Square et Broadyway à New York, ainsi qu’ailleurs aux Etats-Unis, est également entrain d’affiner ses données: la start-up sera bientôt capable de déterminer le type de véhicule qui passe, la vitesse des passants, ou encore de comparer les données sur le trafic avec la météo.

Pour le fournir à différents acteurs dans la ville

Il existe un nombre infini d’utilisations pour MotionLoft, cependant les premières ont été commerciales. La start-up fournit la plupart de ses solutions à des agents immobiliers et des commerçants. Ainsi, une boutique peut par exemple utiliser ces données afin de savoir les heures les plus opportunes pour choisir son emplacement dans une ville, détermine les meilleurs horaires d’ouverture, ou encore voir l’évolution du trafic devant sa boutique en fonction de l’organisation de sa devanture. D’autres utilisations ont été expérimentées. Ainsi, MotionLoft a mis ses données à disposition de San Francisco, sur la plateforme d’open data de la ville. La mise à disposition par la ville de San Francisco, de données récoltées par des entreprises privées, est une première du genre dans la Baie. L’objectif est évidemment de stimuler “l’entrepreneuriat civique” et d’encourager les entrepreneurs à résoudre des problèmes d’urbanisme. MotionLoft peut enfin être utilisé à titre plus personnel ; quelqu’un désirant s’installer dans une nouvelle ville pourrait ainsi vouloir obtenir des informations sur son quartier.

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas