San Francisco fait le pari du Wi-Fi humanitaire et communautaire

Par 19 septembre 2008 1 commentaire

La cité californienne est désormais la première communauté sans fil au monde, avec 80% de quartiers couverts par l'infrastructure du fournisseur Meraki. Lequel représente un concurrent de plus en plus sérieux pour Fon.

A San Francisco, on est friand de nouvelles technologies et on tient à ce qu'elles bénéficient à tous. La municipalité a signé un partenariat avec Meraki Networks, le principal concurrent de Fon et matière de Wi-Fi communautaire, pour fournir un accès Internet sans fil à tous ses habitants. Le projet a été mené tambour battant : 80 % de la ville est désormais couverte. Meraki a annoncé que tout San Francisco serait "wifisé" avant la fin de l'année. Fidèle à l'esprit de réduction de la fracture numérique, le fournisseur annonce également avoir  rejoint l'organisation à but non lucratif SF Connect, laquelle projette d'installer gratuitement Internet dans le quartier défavorisé de Tenderloin. Autant d'initiatives qui font de San Francisco le premier réseau communautaire au monde. Et montrent l'efficacité de Meraki, devenu un concurrent des plus sérieux pour Fon.
Mesh, ou la répétition d'un même signal
Les avantages de Meraki par rapport au leader des communautés Wi-Fi sont en effet nombreux. Comme l'explique à L'Atelier Olivier Laurelli, le directeur associé de Toonux, un intégrateur de solutions Open Source, "non seulement la technologie utilisée par Meraki est particulièrement innovante, mais la société mène une politique de services et d'infrastructures étrangère à Fon". Les deux sociétés proposent à ceux qui le souhaitent de mutualiser leurs connexions à Internet. Mais les boîtiers proposés par Meraki son également capables de répéter le signal d'un point d'accès et de l'amplifier. C'est ce qu'on appelle le "mesh". Par conséquent, il n'est plus nécessaire que chaque personne appartenant au réseau possède sa propre connexion Web. Il suffit à certaines d'entre elles de capter le signal d'un voisin pour avoir accès au Wi-Fi de la communauté. "Il vaut certes mieux posséder plusieurs connexions réparties à des endroits stratégiques car la répétition indéfinie du signal ajoute un temps de latence."
Services publicitaires et monitoring
"Mais en théorie, on peut tout à fait imaginer qu'un seul point d'accès permette à une multitude de personnes de se connecter." Outre cette technologie dite de réseau maillé, Meraki propose des services orignaux, par exemple des mécanismes de régie publicitaire en option ou des services de monitoring permettant de savoir qui se sert de quelle connexion et à quel moment. "Même le site de Meraki est beaucoup plus attrayant par rapport à celui de Fon". Quand à savoir s'il existe des initiatives équivalentes à celles de Meraki en France, Toonux a justement créé un réseau Wi-Fi communautaire aux puces de Saint Ouen. Intitulé OpenMesh, ce réseau se sert de routeurs Fonera+ ouverts sur lesquels a été installée une application mesh. "Le Wi-Fi ne fait pas partie des priorités de la Mairie de Paris mais on espère quand même que San Francisco va faire des petits". Rappelons que la municipalité californienne s'était déjà associée à un projet de standard téléphonique individuel pour permettre aux SDF de rester joignables.

Haut de page

1 Commentaire

Atelier North America also has a great and detailed article about Meraki.

Check out our March 2008 coverage: http://tinyurl.com/4dldq4

Soumis par Mathieu Ramage (non vérifié) - le 20 septembre 2008 à 19h58

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas