La m-santé bénéficierait aux économies du Brésil et du Mexique

Par 30 mai 2013
 La m-santé bénéficierait aux économies du Brésil et du Mexique

La m-santé a déjà prouvé les bénéfices qu'elle pouvait apporter dans les pays émergents. Une étude PwC s'intéresse quant à elle aux avantages qu'elle pourrait offrir au Brésil et au Mexique

 Quel serait l'impact social et économique au Brésil et au Mexique si, d'ici quatre ans, les systèmes de santé des deux pays adoptaient des protocoles en vue de généraliser les programmes de m-santé dans leur secteur médical ? Une étude prospective de PwC pour le compte de GSMA indique que cela pourrait permettre au Brésil d'économiser 14 millions de dollars et, dans le cas du Mexique, 3,8 millions de dollars, malgré l'enrôlement et la formation de personnel nécessaire au déploiement d'un système de m-santé fonctionnel. Récemment, le retour d'expérience d'une adoption totale de kit de e-santé dans une favela de Rio de Janeiro montrait les résultats empiriques d'une santé numérisée, et le rapport présent, L'Impact socio-économique de la m-santé au Brésil et au Mexique, abonde dans le même sens.

Des avantages considérables

La m-santé permettrait aux patients de réduire leurs dépenses annuelles consacrées à leur santé de 96 dollars au Brésil et 95 au Mexique et, pour les professionnels de la santé, cela permettrait d'économiser 9,4 millions de jours de travail au pays lusophone, et 5,2 millions au pays hispanophone. De plus, l'étude prévoit 192 millions au Brésil et 69 millions au Mexique d'utilisateurs d'appareils mobiles d’ici 2017. Il est ainsi prévu que 78 millions de Brésiliens utilisent la m-santé pour la prévention et le bien-être, 4,8 millions dans un but de diagnostic et 5,4 pour servir au traitement et à la gestion des soins. Au Mexique, ils seraient 30 millions en 2017 à s'en servir pour la prévention, 1,6 millions utiliseraient la m-santé pour établir un diagnostic et 2,8 millions se serviraient d'une application pour leurs soins. Par ailleurs, une adoption totale de la m-santé par les services de santé brésiliens et mexicains permettraient non seulement d'éviter 1,2 millions de journées d'hospitalisation au Brésil et 400 000 journées économisées au Mexique.

Une m-santé loin de couvrir l'ensemble du pays ?

Plusieurs obstacles restent toutefois à surmonter pour ces deux pays si leurs systèmes de santé veulent pouvoir adopter entièrement la m-santé. Une amélioration technologique des services de la m-santé est nécessaire. En effet, comme le notait déjà en mars 2013 une étude de la mHealth Alliance, l'interopérabilité des systèmes informatiques est l'un des défis majeurs auquel les acteurs de la m-santé doivent trouver une solution. Plusieurs autres constats sont dressés par PwC. Parmi eux, l'étude note que les acteurs n'ont pas une assez bonne perception des bénéfices immédiats prodigués par les services de la m-santé. Aussi, il n'est pas certain que la m-santé soit accessible à tous, d'autant plus pour les franges défavorisées des populations. Enfin, le manque structurel de cohésion à l'intérieur d'un pays au niveau des régions serait l'un des problèmes pour parvenir à une adoption totale de la m-santé au Brésil et au Mexique.

 

 

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas