Santé à distance : le capteur se détache du patient

Par 05 mars 2009
Mots-clés : Smart city

La solution de GE Global Research utilise des capteurs de mouvements, de la respiration, et du rythme cardiaque. Ce, sans que le patient ait besoin de porter des éléments sur lui : les données sont captées sans-fil.

L'un des problèmes des solutions de suivi de l'état de santé à distance, c'est qu'elles demandent en règle générale au patient de s'équiper de capteurs. Le laboratoire de R&D du conglomérat General Eletric (GE Global Research) pourrait bien détenir une solution. Il a mis au point une plate-forme truffée de capteurs capables de détecter le mouvement et la respiration d'un individu. Le tout, à distance : le système fonctionne sans fil. "Nous avons essentiellement perfectionné les capteurs dont nous disposions déjà pour le rendre capable d'identifier si un individu bouge ou respire", souligne Jeffrey Ashe, l'un des responsables du projet. Pour y parvenir, les chercheurs se sont basés sur une solution de gestion de la sécurité du domicile préexistante, et qui intégrait de tels détecteurs.
Un environnement de suivi de la santé permanent et invisible ?
Ils ont ensuite mis au point un système de traitement du signal plus sophistiqué. Embarqué dans les capteurs, celui-ci est capable de classifier plusieurs types de mouvements, de gérer la respiration, mais aussi d'identifier le rythme cardiaque d'un patient. Selon ses concepteurs, une telle solution permettra de suivre l'état de santé d'une personne de la manière la plus naturelle possible. Elle devrait trouver son public auprès des personnes âgées, mais aussi pour le traitement de maladies chroniques. Il est aussi possible d'envisager le déploiement d'un tel environnement chez des personnes ne souffrant d'aucune pathologie. Le but du système est en effet de suivre, mais aussi de détecter le plus tôt possible une anomalie, avant même qu'un individu ne s'en aperçoive. Ce qui permettrait de prévenir et de soigner une maladie dès son premier stade.
Améliorer la sécurité des détenus via les capteurs sans-fil
D'ailleurs, le projet fait partie de l'initiative Early Health, qui souhaite généraliser le diagnostic précoce. Autre application : le monitorage de nouveau-nés, dont la peau est trop fragile pour y attacher certains capteurs. La plate-forme est actuellement en cours de tests. Si ceux-ci s'avèrent concluants, les scientifiques se pencheront sur les moyens de déployer un environnement de monitoring sans-fil à plus large échelle. L'expérience est menée grâce aux fonds fournis par le Institute of Justice's Sensors and Surveillance Group. Celui-ci mène un programme de recherche de solutions de capteurs permettant d'améliorer la sécurité des détenus.

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas