Santé : l'innovation passe par une information moins compartimentée

Par 23 juin 2009
Mots-clés : Smart city

Dans le secteur médical, les technologies ne suffisent pas pour innover : pour une organisation plus efficace, il faut revoir les méthodes de partage des données en remettant le patient au milieu du processus.

Ce qui manque au secteur médical pour qu'il soit plus efficace, ce ne sont pas des technologies mais de l'organisation. Telle est la conclusion du rapport "Doctor innovationShaking up the health system" réalisé par l'Economist Intelligence Unit (EIU) pour compte de Philips. Selon les chercheurs, le constat est simple : les soins médicaux du 21e siècle sont prodigués selon une organisation du 19e siècle. L'équipe a identifié plusieurs pistes pour optimiser le fonctionnement général du secteur. Parmi elles : une transmission moins compartimentée de l'information, et un patient au centre de ce travail collaboratif. Malgré l'émergence d'espaces d'échanges en ligne comme les forums, un manque de transparence empêche à l'heure actuelle de comparer précisément les données.
Créer des outils professionnels collaboratifs
Notamment celles concernant le coût et l'efficacité des interventions médicales et des traitements. Pour les praticiens, il est donc parfois difficile de recommander le traitement optimal. Pour y remédier, l'EIU cite l'initiative du Minnesota Community Measurement, qui a développé une plate-forme d'échanges. Sur celle-ci, les professionnels comparent les traitements existants, si besoin en fournissant les résultats réels de patients. Selon les chercheurs, le partage d'informations doit également provenir des médecins traitant un même patient. Autour de lui, il faut faire graviter des experts médicaux travaillant de manière collaborative et non cloisonnée. Les outils technologiques, comme des plates-formes facilitant l'échange, optimiseront cette organisation.
Favoriser l'échange de données médicales
Le partage de données doit également s'effectuer par crowdsourcing : l'étude recommande de considérer les patients comme une source d'innovation. Et donc de les inciter à faire circuler leurs informations médicales sur Internet. Cette activité existe déjà partiellement sur des sites de réseaux sociaux spécialisés, comme celui réservé aux individus atteints de diabètes TuDiabetes.com. Les données lues sur ces sites enrichissent ensuite les conversations entre les membres et leurs médecins. Les chercheurs rappellent que le Pew Research Center a montré que plus de 80 % des internautes cherchent des informations de santé sur Internet. La dernière recommandation de l'étude  porte sur l'entrée de l'entreprenariat dans le secteur de la santé, qui provoquerait une situation de concurrence propice à l'innovation.

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas