M-santé : plus qu'un service, un marché lucratif en devenir pour les entreprises

Par 12 mars 2013 2 commentaires
m-santé

Avec un nombre grandissant d'applications m-santé et leur sophistication, les smartphones sont de plus en plus vus comme un moyen d'améliorer ce secteur, mais plus encore, de développer un véritable commerce.

Actuellement, près de 100 000 applications de m-santé sont disponibles sur les principales plate-formes de téléchargement, dont 42% qui adhèrent au modèle payant. Avec le nombre croissant de fournisseurs qui se lancent sur le marché des applications de m-santé, ainsi que les futures améliorations dont ce secteur va bénéficier dans les prochaines années, les recettes générées devraient atteindre les 26 milliards de dollars d'ici 2017. C'est en effet ce que révèle une étude récente de cabinet de recherche et de conseil, Research2guidance. Comme le précise à L'Atelier l'un des co-fondateurs, Ralf-Gordon Jahn, "ces résultats prouvent que la révolution mobile tant attendue dans le secteur de la santé est en marche, et que les fournisseurs comme les consommateurs commence à clairement appréhender les smartphones comme un moyen d'améliorer leur santé."

De nouveaux services dans les cinq prochaines années

L'étude révèle par ailleurs que les meilleurs fournisseurs de m-santé parviennent déjà à générer aux États-Unis, plus de 3 millions de téléchargements gratuits et près de 300.000 payants via la plateforme iOS. D'autres plate-formes montrent également une forte croissance, et cela ne semble être qu'un début. En effet, il est prévu dans les prochaines années d'y inclure des services de soins de santé, des capteurs, de la publicité, et c'est sans compter sur les revenus générés par la vente de médicaments. "Avec le niveau croissant de sophistication des applications de m-santé, le simple téléchargement des applications ne devrait pas dépasser les 9% des revenus du marché total dans les cinq prochaines années", précise Patrick Houck, analyste chez Research2guidance. En d'autres termes, selon l'analyste, "84% du revenu total du marché des applications de m-santé devraient provenir de services annexes".

Une avancée inéluctable

Et si, pour l'instant, 15% des applications m-santé sont destinées aux professionnels du milieu, le reste s'adresse aux citoyens lambda qui voient dans ce genre d'applications un moyen de réduire leur frais médicaux (selon une étude de PwC 59 % des utilisateurs estiment que ces services ont déjà remplacé des consultations de médecins ou des soins infirmiers). Les applications qui séduisent le plus les consommateurs sont celles de remise en forme. Toutefois, comme le souligne Ralf-Gordon Jahns « le niveau de sophistication de la majorité des applications reste encore faible voire moyenne. Le marché en est encore à sa phase initiale. Nous ne voulons donc pas fixer de limites à ce qui pourrait être possible. ». Reste donc une dernière question, où vont aller les 26 milliards de dollars générés par ce commerce ? Dans le secteur de la santé ? Apparemment pas. Toujours d'après Ralf Jahns « L'argent va aller aux fournisseurs d'applications m-santé et aux prestataires de services. »

Haut de page

2 Commentaires

Bonjour,

Si le marché de la msanté n'est que de 27 millions en 2017, beaucoup d'acteurs vont le quitter... Ouf, à la fin de l'article, on apprend qu'il s'agit de Milliards.

Soumis par laurent.mignon - le 19 avril 2013 à 14h52

Merci de nous avoir notifié la coquille ! Elle a été modifiée :)
La Rédaction

Soumis par Mathilde Cristiani - le 22 avril 2013 à 12h27

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas