Les satellites sont de plus en plus nombreux dans le ciel.

Par 26 avril 1998
Mots-clés : Digital Working

A 1 000 km d'altitude environ, le ciel est devenu un immense parking pour des centaines de satellites. Quatre nouveaux satellites du réseau de télécommunications Globalstar ont rejoint avec succès v...

A 1 000 km d'altitude environ, le ciel est devenu un immense parking pour
des centaines de satellites. Quatre nouveaux satellites du réseau de
télécommunications Globalstar ont rejoint avec succès vendredi les
premiers engins de ce système de téléphonie mobile lancés le 14 février
dernier. Ils retrouvent ainsi dans l'espace les 61 concurrents d'Iridium
déjà en orbite. Les cinq derniers satellites Iridium devraient être lancés
dans les jours qui viennent.
Des engins orbitaux concurrents ou complémentaires d'Ellipson, d'ICO, de
Teledesic, de Galaxy ... devraient à leur tour les rejoindre dans un
avenir plus ou moins proche.
Des centaines, des milliers d'émetteurs-récepteurs bourrés de technologie
survoleront à terme en orbite basse océans, déserts, montagnes et villes
afin de nous permettre de communiquer de n'importe quel point du globe
vers un autre à faible débit (téléphone) et en régime élevé (applications
professionnelles, visioconférences, Internet, télévision ...). En
concurrence avec des ballons ou des avions évoluant en haute atmosphère,
ces satellites haut débit portant des antennes et des systèmes de relais
vont changer la physionomie actuelle des réseaux de télécommunications.
Parmi les principaux programmes (plus d'une trentaine de projets
aujourd'hui), voici cinq exemples de projets en orbite basse :
° Globalstar (Loral, Alcatel) 48 satellites à 1 414 km
° Celestri (Motorola) 63 satellites à 1 407 km + 9 satellites à 36 000 km
° Skybridge (Loral, Alcatel) 64 satellites à 1 466 km
° Iridium (Motorola, Raytheon) 66 satellites à 777 km
° Teledesic (Bill Gates, Boeing) 288 satellites à 700 km
(Le Figaro - 27/04/1998)

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas