Le scepticisme persiste face aux applications qui collectent des données

Par 13 septembre 2012
Mots-clés : Smart city, Amériques, Data
symboles qui pleuvent depuis des nuages colorés

Les détenteurs de téléphones mobiles commencent à mieux gérer leurs données mobiles. Ils délaissent souvent les applications qui partagent beaucoup de données ou réagissent en cas de perte ou de vol de leur téléphone.

Dans une étude de Pew Internet Project, on a interrogé les utilisateurs de téléphones mobiles sur la façon dont ils géraient leurs données mobiles. Nombreux sont ceux, parmi les 43% d'utilisateurs de téléphones mobiles qui téléchargent des applications, qui se sont dits préoccupés par leurs données personnelles. Plus de la moitié des utilisateurs d'application (54%) ont renoncé à installer une application quand ils se sont rendu compte de la masse d'informations personnelles qu'elle partage lors de son utilisation, et 30% ont désinstallé une application parce qu'elle collectait de l'information qu'ils n'étaient pas disposés à partager. Les utilisateurs représentent 50% des utilisateurs d'applications mobiles, répartis plus ou moins équitablement entre les utilisateurs d'Androïd ou d'iPhone, compte tenu des différences démographiques.

Les comportements diffèrent d’un appareil à l’autre

Les détenteurs de téléphones mobiles se préoccupent de leurs données personnelles en dehors des problèmes liés à l'utilisation des applications, dans une mesure qui dépend largement du fait qu'ils utilisent un smartphone ou pas. La précaution la plus répandue prise par les détenteurs concerne la protection en cas de vol ou de détérioration du téléphone : 41% réalisent un back-up des données (photos, contacts ou d'autres fichiers) au cas où il arriverait quoi que ce soit à leur téléphone. En fonction du type d'appareil, 59% des détenteurs de smartphones et 21% de ceux disposant d'un téléphone à fonctions multiples ont fait le back-up des données de leur téléphone. Les deux autres pratiques communes sont utiles si un téléphone est perdu ou victime d'une intrusion : 32% nettoient l'historique de recherche ou de navigation (50% pour les smartphones, 14% pour les autres) et 19% débranchent la fonctionnalité de géolocalisation pour éviter l'accès à leur information GPS (respectivement 30% et 7%).

Les fournisseurs de contenu doivent apporter une réponse adaptée

La sécurité est une préoccupation assez répandue parmi les utilisateurs de téléphones mobiles, comme le montre cette enquête, et les développeurs et les marques devraient en tenir compte. Même s'il existe de nombreuses applications de sécurité, les entreprises devraient être conscientes qu'elles réduisent leur public en fonction des données qu'elles collectent : les utilisateurs ne les utiliseront pas s'ils sont réticents à partager les données qu'on leur demande. La Federal Trade Commission a encouragé les développeurs à protéger la confidentialité pour le consommateur et, selon le New York Times, recommande d'obtenir « l'accord explicite » des utilisateurs concernant les données qu'ils collectent.

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas