SCO annonce sous réserve l’ouverture du code source sa version d’Unix

Par 03 juin 2003
Mots-clés : Smart city

Un nouvel épisode a été annoncé vendredi dernier dans la bataille que la société SCO mène contre les distributeurs du système open source Linux. SCO Group a annoncé qu’il acceptait de montrer à ...

Un nouvel épisode a été annoncé vendredi dernier dans la bataille que la société SCO mène contre les distributeurs du système open source Linux. SCO Group a annoncé qu’il acceptait de montrer à certains acteurs et analystes du marché, moyennant de clauses de confidentialité particulièrement drastiques, les fameux codes du noyau du système Unix dont il est propriétaire (Unix System V) ; ceci afin de « prouver » leur similitude avec ceux utilisés pour la création du système Linux.

Rappelons qu’au mois de janvier dernier, SCO Group, détenteur des droits de propriété d’une version du noyau du système Unix qu’il distribue, accusait, sans montrer ses preuves, les distributeurs de Linux d’utiliser un système (Linux) qui copierait le noyau de son propre système (sa version d’Unix).

Reste que le cœur du système Linux n’est peu ou pas facturé par ses distributeurs, qui tirent leur bénéfice des services de modifications ou de maintenance qu’ils lui associent. Cela crée une différence de prix importante avec les distributeurs de versions d’Unix, qui sont de plus en plus pénalisés par le fait de faire payer, en plus de leurs services, le prix d’une licence de leur version Unix…

Forts de ce constat, plusieurs analystes perçoivent dans l’attitude de SCO, une manière agressive de prouver sa capacité à freiner le développement du marché Linux, de manière à être rachetée au prix fort par les grands distributeurs de Linux, IBM en tête !

Pour simplifier cette situation, l’éditeur Novell, qui a vendu en 1995 les droits sur les technologies Unix (Unix System V) à SCO, estime que ce dernier n’a pas pour autant acquis les droits associés à ces technologies, qui resteraient sa propriété. Ce serait donc Novell et non SCO qui devrait toucher les dédommagements, s’il était prouvé que le système Linux était une copie du noyau V d’Unix !

(Atelier groupe BNP Paribas – 03//06/2003)

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas