SCO tente de faire plier IBM tandis que la communauté Linux s’organise

Par 26 août 2003
Mots-clés : Smart city, Europe

Lors du SCO Forum, qui s’est déroulé à la fin du mois d’août 2003, le PDG de SCO, Darl McBride, a de nouveau mis en garde les utilisateurs du système d’exploitation Linux. Il considère en effet ...

Lors du SCO Forum, qui s’est déroulé à la fin du mois d’août 2003, le PDG de SCO, Darl McBride, a de nouveau mis en garde les utilisateurs du système d’exploitation Linux. Il considère en effet que des centaines de milliers de lignes de codes qui composent le système proviennent directement d’un noyau Unix protégé par une licence et appartenant à SCO. C’est ce qui avait poussé la société a porté plainte en mars dernier contre IBM, qu’elle accuse d’avoir fourni à la communauté Linux les lignes de codes incriminées.

Pour appuyer ses dires, le PDG de SCO a présenté lors du salon 80 lignes de codes censées avoir été détournées du noyau Unix de l’entreprise pour équiper les systèmes d’exploitation Linux. Si certains spécialistes ont déjà admis la possibilité qu’IBM ait réellement fourni des lignes de codes sous licence à la communauté Linux, cette dernière dément que les lignes présentés au SCO Forum aient été détournées.

Plusieurs développeurs indépendants membres de la communauté Linux ont en effet démonté les arguments de SCO, démontrant que ni l’un ni l’autre des deux exemples présentées par l’entreprise n’avait été détourné. SCO se justifie en affirmant que la fraude porte sur un très grand nombre de lignes de codes.

L’affrontement pourrait se durcir, les associations Eurolinux et FFII (Foundation for a free information infrastructure) tentant de mettre la pression sur le Parlement européen à Bruxelles. Elles appellent à une manifestation le 27 août pour s’opposer à la loi sur le brevet logiciel que l’instance s’apprête à voter.

(Atelier groupe BNP Paribas – 26/08/2003)

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas