Pour se charger, le véhicule électrique se joue des pics de consommation

Par 15 avril 2010
Mots-clés : Smart city, Europe

La station du Fraunhofer est branchée sur le réseau local. Quand celui-ci est saturé ou l'énergie disponible trop rare, elle interrompt le chargement. Et ne le reprend que quand la demande est basse.

Pour mieux gérer sa consommation électrique et réduire les pics de consommation, l'une des solutions envisagées est d'utiliser celle stockée par son véhicule électrique quand il est inutilisé. Mais aussi de recharger celui-ci aux moments où le réseau n'est pas saturé. Le Fraunhofer ISE* s'est intéressé au problème : il a mis au point une station de recharge capable de ne transmettre de l'énergie à l'automobile qu'aux moments où celle-ci est la plus abondante et la moins coûteuse. Le système est relié au réseau énergétique local et à celui de l'utilisateur ou de l'endroit où il gare son véhicule (parking de bureau...). Il suffit ensuite à un individu de brancher son véhicule sur la station. Cette dernière va alors attendre une heure creuse pour effectuer le plein.
L'utilisateur reste libre d'opter pour la solution qu'il préfère
La recharge peut s'effectuer en plusieurs fois : si le dispositif détecte la présence d'un pic de consommation, il interrompt le processus, et ne le redémarrera que quand la demande est descendue. "Cela étant, il est essentiel à nos yeux que le consommateur soit libre de décider quand il veut recharger son véhicule", précise Dominik Noeren, chercheur associé au projet. Un écran tactile fournit ainsi des informations quant au coût et au niveau du chargement. Il permet aussi à l'utilisateur s'il le souhaite de choisir le moment où il veut lancer l'opération de recharge, ainsi que la durée de celle-ci. "Il peut décider de faire le plein immédiatement, ou opter pour un chargement plus étalé dans le temps, et moins onéreux", explique le chercheur.
Délester l'infrastructure énergétique aux heures de pointe
Selon l'institut, une telle station répond aussi aux besoins de l'infrastructure énergétique allemande : celle-ci intègre de nombreuses sources d'énergie solaire et éolienne, qui génèrent de l'électricité de manière imprévisible. Certains pics, correspondants à des périodes où le vent souffle fort, par exemple, succèdent à des phases plus calmes. A noter : près d'un million de véhicules électriques seront sur les routes en Allemagne d'ici à 2020. Pour l'institut, les voitures restent parquées en moyenne 20 heures par jours. Ce qui laisse du temps pour recharger un véhicule au moment opportun.
* Institute for Solar Energy System

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas