Pour seconder l'homme, le robot a du chien

Par 27 octobre 2008
Mots-clés : Smart city

Le Georgia Tech a mis au point un robot qui reproduit les actions réalisées par les chiens chargés d'assister les personnes handicapées. La machine se commande par la voix et par un rayon laser.

Le bras robotisé El-E permet déjà aux personnes handicapées de se saisir plus simplement d'objets qui ne sont pas à leur portée. Ce, en pointant ces derniers pendant quelques secondes avec un rayon laser. Le Georgia Tech souhaite proposer un panel d'actions plus diversifié avec une machine qui s'inspire du comportement des chiens élevés pour assister les personnes en fauteuil. Le dispositif est composé de programmes qui reproduisent certains circuits biologiques propres aux êtres vivants. Ce qui permet au robot d'observer les actions d'un chien et de les effectuer ensuite, par mimétisme. Le propriétaire du robot doit en donner un ordre oral à celui-ci. Un rayon laser lui permet de pointer l'objet qu'il souhaite voir le chien ramener ou toucher. Pour le moment, le système est capable de répliquer dix des tâches qu'un chien réalise : ouvrir une porte, aller chercher un objet ou un médicament, le poser sur une table...
S'inspirer de l'animal
Et l'intérêt du système est qu'il est évolutif : d'autres tâches habituellement réalisées par un chien pourront lui être inculquées. "En tant que chercheurs spécialisés dans la robotique, nous en devons pas nous inspirer uniquement de l'humain", explique Charlie Kemp, du département de l'informatique biomédicale. "Les chiens sont d'une grande aide pour les personnes handicapées. Et il me semble que nous arriverons plus vite à imiter les actions d'un animal que celles d'un homme". Pour mettre au point leur système, les chercheurs ont étudié les mouvements opérés par un chien après voir reçu un ordre. Ils ont ainsi pu apprendre au dispositif à ouvrir une porte en tirant sur un mouchoir enroulé autour de la poignée, comme le fait l'animal. Ils ont également collaboré avec le centre Georgia Canines for Independance pour travailler sur la relation entre un particulier et un chien.
Pallier le manque d'animaux assistants
Selon les responsables du projet, de tels robots visent à pallier le manque de chiens élevés spécialement pour réaliser ce type de tâches. L'entraînement de ces animaux est long - environ deux ans - et coûteux - 16 000 dollars en moyenne. La demande est du coup plus élevée que l'offre. Les chercheurs n'indiquent pas le prix de mise au point du robot. Celui-ci devrait cependant se révéler moins coûteux. Ce, notamment sur le long terme. "Ces machines ne nécessitent pas de soins au quotidien ni de réelle maintenance", souligne ainsi Charlie Kemp. Le robot a été présenté à l'occasion de la BioRob 2008 à Scottsdale. Aucune date de commercialisation n'est pour le moment évoquée.

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas