Le secteur de la santé investit pour l'informatique décisionnelle

Par 14 janvier 2008

Soucieuses de stabiliser leurs coûts, les entreprises du secteur font appel aux outils de gestion et de modélisation de l'information pour se réorganiser harmonieusement.

Les dépenses informatiques de l'industrie de la santé concerneront principalement en 2008 le segment de l'informatique décisionnelle - ou Business Intelligence (BI) - et les outils de gestion de l'information, prédit le cabinet Health Industry Insights. Les dépenses relatives à la BI devraient grimper de près de 13 % sur les dix-huit prochains mois aux Etats-Unis. Principale raison de cet engouement : une stabilisation des dépenses généralisée entraînant une optimisation de l'organisation interne. Un enjeu que la mise en place de systèmes d'intégration de données client et d'interopérabilité permet de réaliser plus facilement.
Une ouverture vers l'outsourcing
Les entreprises pharmaceutiques, qui devront faire face cette année à de nombreuses opérations de fusion&acquisition, à une restriction de leur budget et à une limitation du nombre de nouveaux médicaments mis sur le marché, connaîtront de profonds bouleversements. Elles devront mettre en place des solutions logicielles permettant des changements organisationnels profonds. Ce, à tous les niveaux de management des entreprises. Selon Health Industry Insights, l'utilisation d'outils d'analyse permettant une meilleure gestion des laboratoires devrait croître massivement en 2008. Ces instituts scientifiques s'ouvriront également à la mondialisation, et plus particulièrement à l'outsourcing.
Construire les cadres d'une Santé 2.0
Les fournisseurs de produits informatiques devront également faire face à une modification de la demande. A l'heure où les applications santé deviennent accessibles à tous, la demande en services d'échange de données et d'interopérabilité est croissante. Pour le cabinet, il est dès lors primordial de s'intéresser et d'investir dans le Dossier médical personnel, futur relais informatisé entre les patients et le corps médical. Dernier aspect à prendre en compte : le virage vers une conception 2.0 de la santé. Les spécialistes du secteur doivent prendre ces nouvelles exigences en compte pour changer la manière dont le patient interagit avec l'information médicale.

Et dans notre espace Chroniques :

Le patient numérique n'est pas un avatar ! (06/09/2007)

 L'Atelier groupe BNP Paribas

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas