Secteur français du jeu vidéo : bientôt un crédit d'impôt ?

Par 13 octobre 2005
Mots-clés : Amérique du Nord

Entre 2001 et 2004, plus d'une vingtaine de sociétés françaises du secteur vidéo ont cessé leurs activités. Si le bilan hexagonal demeure toutefois flatteur, avec un chiffre d'affaires de plus...

Entre 2001 et 2004, plus d'une vingtaine de sociétés françaises du secteur vidéo ont cessé leurs activités. Si le bilan hexagonal demeure toutefois flatteur, avec un chiffre d'affaires de plus d'un milliard d'euros, en croissance annuelle de 15 %, il ne faut pas perdre de vue que le secteur des jeux vidéo fait face à un sévère manque d'investissements lui permettant de renforcer le développement de nouveaux produits.

Le salut viendra peut-être en partie du gouvernement, qui par la voix de ses ministres de l'Industrie et de la Culture, a évoqué la mise en place pour le début 2006 d'un crédit d'impôt pour soutenir la création de jeux vidéo.

Si la Commission européenne l'autorise, ce soutien devrait mobiliser quelque 30 millions d'euros dès la première année. Dans les faits, le gouvernement devrait rembourser à hauteur de 20 à 30 % les investissements consacrés par tout studio installé sur le territoire national pour la création d'un nouveau jeu.

L'implication du ministère de la Culture est un signe fort de l'évolution dans les esprits de la place du jeu vidéo. Renaud Donnedieu de Vabres, en visite hier chez l'éditeur Ubisoft en compagnie du ministre de l'Industrie François Loos, a insisté sur le fait qu'il fallait reconnaître le multimédia interactif comme « une nouvelle forme de création culturelle, tant pour ses créateurs talentueux que pour son public désormais nombreux ».

(Atelier groupe BNP Paribas- 13/10/2005)

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas