Le secteur hôtelier doit plus miser sur le numérique dans les pays émergents

Par 05 mars 2013 3 commentaires
Hotel

Les sites de réservation développés par les professionnels du secteur dans des régions comme l'Asie manquent encore de contenus et de services facilitant la réservation par des clients internationaux.

En 2011, l'organisation mondiale du commerce prévoyait que d'ici 2020, l'Asie et le Pacifique devraient dépasser les États-Unis dans le classement des continents les plus visités par les touristes internationaux. Toutefois, selon deux chercheurs de l'université de Portsmouth, pour que cet objectif soit atteint, il serait nécessaire qu'une priorité soit donnée à l'optimisation de l'expérience client sur les sites internet des hôtels de ces pays. Un conseil qui s'appliquerait, selon leur étude, à tous les pays en voie de développement pour lesquels l'augmentation du tourisme permettrait de faire progresser leur économie. Et pour arriver à de telles conclusions, les deux chercheurs, Arunasalam Sambhanthan et Alice Good, ont menée une étude sur des hôtels Sri Lankais dont les sites de voyage possèdent de nombreuses lacunes.

Des sites dont le visuel restent à désirer

Ainsi, pour étayer leur propos ceux-ci se sont concentrés sur cinq hôtels Sri Lankais représentatifs des hôtels de cette île. Ils ont en effet interrogé les gestionnaires de ces hôtels pour savoir comment ceux-ci perçoivent leurs stratégies promotionnelles actuelles sur le web. Les résultats ont tout d'abord montré les failles concernant le visuel de leurs sites. Ainsi, 60% des hôtels interrogés utilisent uniquement des photographies pour augmenter l'interactivité de leurs sites tandis que 20% utilisent le multimédia. Le reste compte sur les e-mails, ce qui est loin d'être suffisant pour attirer des nouveaux clients. Et si la majorité d'entre eux possède un système de réservation en ligne, seuls 40% proposent un service de paiement qui fonctionne.

Un retard quant à la sécurité des données

L'étude révèle également un retard conséquent dans la sécurité apportée à ce genre de sites. Ainsi, pour 60% des hôtels moins de 15% du budget annuel est alloué à la sécurité. Par ailleurs, les directeurs d'hôtels ont conscience qu'il existe un véritable problème avec la promotion de leur hôtel sur le web puisque leur plus grande contrainte réside dans le fait que leur personnel n'ait aucune connaissance en informatique. Le choix du Sri Lanka n'est enfin pas anodin, en effet, depuis quelques années ce pays voit sa popularité touristique considérablement diminuer. C'est d'ailleurs pour cette raison que le gouvernement sri lankais a déclaré l'année 2011 « année nationale du tourisme ». Mais pour les chercheurs cela ne suffira pas si les différents problèmes d'attractivité des sites ne sont pas réglés.

Haut de page

3 Commentaires

Prestataires de service réalisant des sites web en France, notamment pour les hôteliers, nous constatons également le même retard catastrophique d'un grand nombre d'établissements, qui ont laissé faire le travail aux pure players et s'en mordent maintenant les doigts. Ils se retrouvent dans une situation de dépendance économique qui leur devient insupportable. Comment se fait-il qu'ils ne l'aient pas anticipé ?

Soumis par Dortu (non vérifié) - le 05 mars 2013 à 20h30

- N'est-ce qu'un article sur la préoccupation du manque à gagner des sites de réservation hôteliers?
- Dans les 40% proposant un service de paiement qui fonctionne, combien sont liés à la famille du président et ses ministres ou des chaines internationales?
- Va t'on encore se baser sur des simulations de développement à 10 ou 20 ans pour l'Asie et le monde?
-Va t'on encore longtemps chercher à développer sans succès les relations en ne privilégiant que les objectifs financiers?

La mentalité indienne-sri-lankaise (valable aussi en asie) est double:
A] tournée vers l'intérieur B] tournée vers l'extérieur.

A] Vers l'intérieur c'est le système traditionnel de relations et d'échanges. fonction du noyau familial/villageois, préservation du patrimoine culturel/religieux, de la terre. L'individu est membre d'un groupe, le temps est divin, la progression spirituelle. Faire du commerce est lié à un type d'individu, à une part de la vie quotidienne. La richesse matérielle n'est pas un but en soi.
B] Les échanges avec l'occident c'est 1) je peux faire fermier, bijoutier, restaurateur, hôtelier, ca n'a aucune importance, valeur. 2) je m'en mets plein les poches sans trop réfléchir à l'autre (humain et environnemental) 3) je jongle avec la corruption, les changements de politiques et les coupures de courant. 4) je truande, masque mes revenus et cumule un bas de laine en espèces. J'investis dans plusieurs commerces, sans apparaitre comme gérant.
5) je dis oui, que j'ai compris et que je vais changer, à l'étranger. Je ferais comme je veux et je vais profiter un max du système.

Il ne faut pas améliorer les technologies de paiement mais comprendre les relations tribales, les effets de la colonisation et du système capitaliste en Asie. Il faut miser sur l'éducation, l’assainissement politique et le redressement moral. Aussi bien là-bas qu'ici, nous n'en prenons pas le chemin. Nous arrivons à la fin logique d'un système destructeur appelé capitalisme (système basé sur la négation, le mensonge, la prédation et le meurtre): il s'auto-détruit.

Soumis par mahadev (non vérifié) - le 08 mars 2013 à 11h25

@Dortu : Bonne question, après, tout ne se joue pas que sur la qualité du site. Si l'on a une clientèle stable, j'imagine que pour beaucoup, la question du site n'était pas vraiment des plus urgentes. On verra ce que ça donne ces prochaines années ! :)

@Mahadev : Non, il ne s'agit pas d'un article sur la préoccupation du manque à gagner des sites de réservation hôteliers ! Mais simplement d'un constat sur la capacité à améliorer l'expérience client des sites des grands hôtels. Il ne s'agit donc même pas du tourisme au sens large, et donc d'une manière de l'appréhender qui serait plus tournée vers la culture. Merci pour votre commentaire, en tout cas, intéressant !

La Rédaction

Soumis par Mathilde Cristiani - le 08 mars 2013 à 16h47

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas