Le secteur technologique bénéficie du développement de la cité intelligente

Par 08 juillet 2011
Smart City

Les municipalités commencent à se pencher sérieusement sur le concept, et à investir dans des réseaux haut-débit permettant d'améliorer les communications, et dans des projets dédiés aux transports ou à l'environnement.

Le marché des technologies adaptées aux villes dites intelligentes a toutes les chances de croître proportionnellement à l'engouement que ces dernières suscitent. En effet, de plus en plus de municipalités dans le monde explorent le marché de ces cités censées créer des espaces professionnels ultra connectés et où la qualité de vie des habitants serait meilleure. Des chiffres ? Il semblerait, selon une étude du cabinet d’analyse américain ABI Research, que le marché devrait passer de 8 milliards de dollars en 2010, à près de 39 milliards de dollars en 2016, et enregistreront des dépenses cumulées de 116 milliards sur toute cette période. Selon le cabinet, cette croissance est caractérisée par l’adaptation de ces nouvelles technologies à plusieurs domaines. Les réseaux sans fil haut-débit sont systématiquement déployés dans ces villes afin de donner la possibilité de créer des espaces de communication de qualité pour les citoyens et les entreprises.

Miser sur le Haut-Débit

Mais aussi pour mettre au point des initiatives d'e-gouvernement facilitant la transmission d'informations et la participation citoyenne. Le but est aussi de créer des connexions entre les différents pôles : le transport, la gestion des ordures, et la communication interne entre les citoyens et les dirigeants. "Les technologies de communication prioritaires sont le haut-débit, la Wi-Fi et les systèmes RFID", explique Larry Fisher, directeur de cabinet d’ABI Research. Avant d’ajouter que "d’autres projets mobilisent d’avantage des technologies qui réduisent la consommation énergétique des outils. Cela comprend le smart metering, et le développement de smart grid".

A la recherche de conformité

Il semblerait en effet que beaucoup de municipalités se décident à utiliser des solutions de technologies de systèmes de transports intelligents pour optimiser les capacités de déplacements à l’intérieur des villes. Cela passe par la réduction du trafic, de la consommation de pétrole ainsi que des émissions de carbone. "Ceci étant, en raison de la diversité des projets selon les villes, une approche standard et la définition de normes est impossible à élaborer", estime Larry Fisher. A long terme, c’est d’ailleurs sur le développement de ces normes que les professionnels devront se concentrer. Pour information, cette enquête a été menée auprès de 50 projets de Smart City à travers le monde. 

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas