Le secteur technologique profite à la création d'emplois

Par 07 juin 2010

Le marché repart à la hausse en terme d'offres. D'après TechServe Alliance, ce sont les activités liées à la conception de systèmes informatiques et au design qui mènent cette demande.

Les Etats-Unis connaissent une recrudescence d'embauche dans le secteur technologique. Après un déclin progressif depuis début 2009, cette branche du secteur privé connaît un regain de croissance, indique une récente étude du TechServe Alliance. Et ce, depuis le mois de janvier. "Cette augmentation montre que le secteur high-tech reste sur une trajectoire constante d'embauche", souligne Mark Roberts, le directeur du cabinet d'étude. Il serait d'ailleurs l'employeur le plus actif du secteur privé, en regroupant près de quatre millions de travailleurs.
Une demande d'embauche disparate dans le secteur IT
Alors que ce dernier a connu pour le mois de mai une hausse légèrement positive de 0.04 %, la croissance d'embauche pour la branche technologique était quant à elle de 0.2 %. Soit concrètement une augmentation de plus de 7 000 nouveaux employés. L'embauche dans le secteur des technologies reste cependant disparate selon les domaines. Le fer de lance étant le secteur des services liés aux systèmes informatiques et au design. Cette branche aurait ainsi été la plus offrante en terme d'emplois. Puisqu'à comparer les chiffres du mois de mai à ceux de l'an dernier, l'offre aurait progressé de près de 2 %.
Une croissance continue pour la seconde moitié de l'année 2010
A noter également, que c'est ce domaine de la branche technologique qui compte le plus de travailleurs avec près de un million et demi d'employés. "La forte demande pour les services technologiques laisse présager une croissance continue pour la seconde moitié de l'année 2010", est-il indiqué. En parallèle, d'autres activités comme celles proposées par les fournisseurs de service Internet, et les opérateurs de télécommunications apparaissent comme de plus mauvaises élèves. Ces dernières auraient respectivement chuté de 1 % et 5 % en un an.

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas