Le secteur des télécoms poursuivra sa mutation en 2010

Par 30 décembre 2009
Mots-clés : Digital Working

L'impact de la crise continuera de se faire sentir l'année prochaine dans le secteur de la téléphonie et de l'Internet mobile. Les grandes tendances de 2009 devraient se poursuivre et s'accentuer.

Réduction des coûts, concentration, partage de réseaux... : Strand Consulting nous livre sa vision de ce que sera l’année 2010 pour les télécoms. Le cabinet considère que la crise financière continuera d’avoir un impact sur les opérateurs. Elle servira souvent de prétexte pour mettre en place certains ajustements nécessaires comme les réductions de coûts. Les stratégies visant à se reconcentrer sur les activités les plus profitables quitte à externaliser certaines devraient fleurir. Par ailleurs, la croissance du trafic voix et de l’Internet mobile va mettre en lumière le besoin pressant d’investissements dans les infrastructures réseaux. Une bonne partie des opérateurs devrait être confrontée à des problèmes de capacité pour livrer correctement leurs services. Dans de nombreux marchés, le secteur va être confronté à une vague de concentration. Pour les consultants de Strand, celle-ci pourra prendre deux formes.
Consolidations à venir
Soit un opérateur prendra le contrôle d’un autre, soit deux opérateurs choisiront de construire un réseau totalement ou partiellement partagé. En ce qui concerne les téléphones, la part de marché des ordiphones devrait continuer de croître. D’après le cabinet, ce ne sera cependant pas tant le résultat d’une demande des consommateurs que d’un virement technologique entrepris par les constructeurs. Le remplacement des systèmes d’exploitation traditionnels par ceux embarqués dans les téléphones évolués devrait en effet constituer une tendance forte de l’année 2010. La baisse des prix qui devrait se poursuivre contribuera à cette orientation du marché, avec notamment l’apparition de téléphones de mi-catégorie en tant que smartphones. Le marché devrait également être agité par les nouveautés proposées par ses principaux acteurs Nokia, Samsung, mais aussi Apple qui va devoir proposer un remplaçant à l’iPhone s’il veut continuer à croître au rythme de ces dernières années.
Le haut débit dominé par l’Internet mobile ?
D’après le cabinet, Android devrait également faire l’actualité. Conséquence logique : le marché du haut débit va être de plus en plus synonyme d'Internet mobile. On devrait voir un nombre croissant de consommateur résilier leur abonnement ADSL au profit de solutions mobiles sans fil. Les opérateurs mobiles domineront donc probablement le marché pour les connexions inférieures à 5 Mbits/s. Pour limiter l’érosion, les opérateurs Internet miseront sur la VoIP et la télévision via Internet. Ils ne seront pas les seuls à se voir concurrencer directement sur leur terrain par les opérateurs mobiles : ce sera aussi le cas des banques. Les possibilités offertes par le paiement mobile vont créer des frictions entre les banques, peu disposée à laisser les opérateurs intégrer la chaîne de paiement et ces derniers, bien décidés à trouver un modèle d’affaires viable pour le paiement mobile.

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas