Sécurité des informations et partenaires : les entreprises restent encore trop confiantes

Par 04 mars 2013 Laisser un commentaire
Sécurité informatique

Avec l'augmentation du nombre d'appareils mobiles et de systèmes Cloud Computing, les entreprises sont soumises à bon nombre d'attaques informatiques. Un rapport Deloitte met en garde contre les attaques les plus fréquentes.

La fuite d'informations demeure l'une des problématiques vivaces des entreprises. En 2012, ce ne sont pas moins de 60% des entreprises de la technologie, des médias et des télécommunications interrogées par Deloitte dans son rapport 2013 Global Security Study qui ont connu une brèche de sécurité dans leur système informatique. Dans 12% des cas, il s'agissait d'une attaque jugée importante. La prévention parfaite des attaques criminelles n'existe pas, toutefois le rapport Deloitte met en relief plusieurs défauts constamment remarqués par les entreprises, et les manières d'y prévenir au mieux. Et le premier est, comme l'indiquait récemment le rapport Global State of Information Technology, le trop-plein de confiance des entreprises quant à leur stratégies de défense est l'un des risques les plus significatifs.

Un surplus de confiance

Ainsi, si plus de 60% des entreprises interrogées se disent prêtes à contrôler les menaces importantes auxquelles elles devront faire face, le rapport Deloitte met en relief l'existence d'une confiance aveugle des compagnies quant à leurs moyens de défense. En effet, seulement 50% d'entre elles expliquent posséder une documentation préparée sur les méthodes à appliquer en cas d'une faille de sécurité. Mais la confiance envers leur système de défense n'est pas l'unique risque de failles. Celle ressentie envers ses partenaires représente un véritable risque. En effet, seules 27% de ces entreprises ne jugent pas nécessaire d'augmenter leur niveau de sécurité lorsqu'elles collaborent avec des organismes gouvernementaux ou leurs fournisseurs et collaborateurs.

Des entreprises vulnérables

Pourtant trois fois sur quatre, la faille informatique provient soit de l'erreur d'un employé, soit à cause d'un tiers tel qu'un collaborateur ou un client, ou en dernier lieu à cause d'une attaque criminelle. Certains facteurs sont fatalement inhérents à la taille de la compagnie : plus celle-ci possède d'employés, plus elle est exposée à des risques et, pour 74% des entreprises interrogées, le nombre grandissant d'appareils mobiles présente un risque majeur pour leur sécurité informatique. 70% d'entre elles mettent aussi en cause un manque de perception de la part de ses employés. Le nombre d'erreurs est par ailleurs soutenues par l'augmentation des protocoles BYOD et Cloud Computing.

 

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas