Notre sécurité sur la route passera-t-elle bientôt par les camions poubelles ?

Par 28 septembre 2004
Camion poubelle

De source autorisée, un projet innovant de par sa démarche et de par les acteurs impliqués - le Ministère de la santé et le Ministère de l’intérieur - va bientôt voir le jour … Il doit en effet...

De source autorisée, un projet innovant de par sa démarche et de par les acteurs impliqués - le Ministère de la santé et le Ministère de l'intérieur - va bientôt voir le jour … Il doit en effet être présenté à l'occasion du Mondial de l'automobile 2004, ouvert ce samedi.
Il ne reste que quelques détails à régler relatifs notamment à l'évolution de la loi Informatique et libertés… De simples détails, selon les initiateurs du projet.
Pour vous mettre sur la piste, une confidence : ce projet utilisera des bases d'informations de la Sécurité sociale, certains fichiers du Ministère de l'intérieur, des opérateurs télécoms, des constructeurs automobiles, des sociétés de contrôle technique et des assurances …
A son tour, le Ministère de l'Equipement négocie son entrée dans ce projet unique au monde… ou plutôt en Europe car il s'agit de l'application en France d'une technologie que nous avons testée aux Etats-Unis, à Salt Lake City.
Pour faire court, il s'agit d'un super outil de « profiling »… Destiné à qui ? Mais à vous, cher lecteur-conducteur. Nous pouvons vous assurer qu'à l'Atelier, nous avons été totalement bluffés par cette application révolutionnaire !
Ce projet nous a été présenté lors d'une conférence hautement confidentielle et très surveillée, puis lors d'une séance d'essai sur route et en ville au cours de laquelle des techniciens et des hauts fonctionnaires ont appris à utiliser cette nouvelle application, le WAY.
WAY n'est pas un nouveau modèle de radar embarqué pour véhicule banalisé, mais un nom de code pour une application communicante révolutionnaire : Who Are You… Une centaine de figurants « piétons » autour d'une vingtaine de véhicules équipés du WAY nous attendaient donc sur le parc de stationnement d'une entreprise dont le nom demeure encore secret.
Assez excité par la présentation du concept, aussitôt la ceinture de sécurité bouclée, je commence immédiatement à manipuler le WAY de la voiture qui m'est confiée. WAY se présente comme un simple lecteur GPS, qui s'appuie d'ailleurs sur cette technologie et sur celle du WiFi pour identifier et communiquer avec les véhicules environnants.
Chaque véhicule est identifié comme un ordinateur via une adresse IP, et chaque conducteur est répertorié par son numéro de permis de conduire (clé de sécurité pour démarrer le véhicule). WAY entre en fonction lorsque le conducteur présente au lecteur de puce sa carte de Sécurité sociale (identifiant unique retenu pour la version française de WAY). C'est cette double identification qui va permettre de croiser les informations (santé et profil du conducteur).
Mon WAY paramétré, je m'engage dans la circulation en direction du centre ville …
La console du WAY est ergonomique et simple d'utilisation. Une fois les deux codes intégrés, il suffit d'appuyer sur la commande « Profiler » et l'appareil s'éveille aussitôt pour vous informer sur l'environnement « roulant ».
De simples boutons sont prévus pour sélectionner l'information et le type de risques encourus : risques conducteurs, environnement proche, état de la route, risques piétons. Cette dernière option déjà prévue permet d'intégrer les piétons dans l'analyse d'environnement réalisée en permanence par le WAY en repérant le piéton par son téléphone mobile qui communique aussitôt au WAY les informations nécessaires.
Bien sûr, il s'agit d'utiliser les fonctions risques à bon escient. Identifier un piéton âgé se déplaçant lentement en traversant une rue sombre après un virage, serait inutile dans une ville à forte densité, mais utile dans une résidence de retraités américains comme dans certains de nos villages gaulois …
Engagé dans la circulation, mon attention est attirée par le mot ALERTE clignotant sur mon WAY. Une voix m'informe qu'un véhicule piloté par un conducteur (un « figurant » pour la circonstance) dont le permis a été annulé il y a 2 mois et circulant sans assurance, va me croiser par la gauche à l'intersection suivante, sa vitesse étant supérieure à la vitesse nécessaire pour arrêter son véhicule de plus de quinze ans et non pourvu d'ABS… Il y a donc RISQUE DE COLLISION !!
Ce message se traduit sur l'écran par l'indication d'une flèche à gauche (provenance du danger), de la distance du danger et du degré de risque : dans le cas présent, la barre est placée à 10, l'échelle de risque allant de 1 à 10…
Merci le WAY. Je ralentis et je redouble de vigilance à l'intersection … et en effet le conducteur venant de la gauche ne s'arrête pas ! Nous étions prévenus du réalisme de l'essai.
Evidemment, ce WAY est une version de démonstration, paramétrable, et équipée d'une carte son. Un écran unique visualisant simultanément l'état du trafic, la sélection d'itinéraires, ainsi que la provenance du danger et son amplitude dans un environnement d'un kilomètre de rayon, devrait être prévu dans sa version pour le grand public.
Dans cette application, les informations individuelles issues des bases de données servent exclusivement à quantifier le niveau de risque. Etant motard, une fonction m'a particulièrement séduit : la fonction « état de la route », qui caractérise ce risque particulier en fonction du revêtement, du véhicule utilisé, des véhicules circulant à proximité, de la température du sol… et de l'état général de la route !

A Salt Lake City, ces données sont collectées quotidiennement par les camions de livraison de fontaines à eau et de lait, équipés de scanner au sol … A chaque passage, la moindre déformation de la chaussée est numérisée - de même que sa position - et intégrée à la base « état de la route » !
Imaginons cette application en France. Chaque direction départementale de l'équipement serait chargée de rassembler les données collectées en permanence par les scanners équipant les véhicules de flottes captives des services publics locaux ou nationaux (voirie, poste, électricité, …). Une information d'une richesse considérable !
Pour résumer, WAY est donc un outil d'aide à la conduite interactive, qui prend en compte les données évolutives de chaque conducteur, de chaque véhicule, des piétons environnants, ainsi que celles des routes empruntées. Il s'agit de données qui n'étaient jusqu'ici prises en compte qu'en accidentologie après les sinistres graves …
Un produit, une technologie, des données qui ne sont cependant pas près d'être diffusés ni d'équiper votre voiture puisque simplement sortis de l'imagination fertile de certains d'entre nous, à l'Atelier … comme cette journée d'essai à Salt Lake City. Cet article est en fait une fiction …
Bien sûr, des applications des nouvelles technologies permettent déjà, depuis un véhicule, de contacter son assureur en cas de difficulté, la police en cas d'agression ou de connaître l'état de la circulation …
Nous avions juste rêvé de communication préventive, et d'une exploitation innovante et originale de nos camions poubelles …
Aujourd'hui, le débat est ailleurs. A l'ère des technologies communicantes embarquées, des applications à hautes valeurs ajoutées pour la sécurité routière, les conseillers des Pouvoirs publics dans ce domaine, préfèrent la lumière comme source de localisation. L'obligation de circuler de jour tous phares allumés pointe en effet au bout de la route. Au moment de ce Mondial 2004, l'ampoule représente donc le nouveau « produit phare » dans le domaine de la sécurité routière …
Tant pis pour les motards, jusqu'ici seuls assujettis à cette obligation, ce qui permettait aux automobilistes de les distinguer de loin : ils devront redoubler de vigilance.
Dans un avenir proche, le rétroviseur, pas plus que le GPS, ne sera efficace pour identifier et analyser notre environnement roulant … nous serons tous alors une joyeuse « bande d'allumés » sur les routes !
Louis Treussard
Directeur Général de l'Atelier
L'Atelier, centre de veille technologique du groupe BNP Paribas a pour vocation d'anticiper et de mettre en avant les impacts économiques et organisationnels engendrés par les technologies de l'information.
Cet article propose un scénario d'offre fictive de « voiture communicante » multidonnées. Son objet est de proposer au lecteur différents éléments de réflexion sur un type d'offre qui pourrait apparaître, lorsque les réseaux d'information seront tous interconnectés et accessibles au sein du véhicule.
Son contenu reflète le point de vue de son auteur et ne peut être considéré comme celui de l'Atelier dans son ensemble.

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas