Sega : Les projets de fusion tombent à l’eau

Par 12 mai 2003
Mots-clés : Future of Retail

Avant le 8 mai, Sega avait le choix. L’éditeur japonais de jeux vidéos était susceptible de s’associer avec Sammy, fabricant de jeux d’arcade et de machines à sous, ou avec son concurrent Namco ...

Avant le 8 mai, Sega avait le choix. L’éditeur japonais de jeux vidéos était susceptible de s’associer avec Sammy, fabricant de jeux d’arcade et de machines à sous, ou avec son concurrent Namco, créateur de la série des jeux de combat Tekken. Aujourd’hui, Sega se retrouve bel et bien seul.

L’entreprise a dans un premier temps choisi de rejeter la fusion avec Sammy, alors que les discussions touchaient à leur fin, à cause d’un désaccord sur la stratégie du nouveau groupe et sur l’organigramme. C’est ensuite Namco qui a retiré son offre de fusion, n’appréciant peut-être pas que le PDG de Sega, Hideki Sato, indique qu’il « étudierait » la proposition de son concurrent, alors que celui-ci attendait une réponse ferme. Namco n’a cependant pas écarter la possibilité de reconsidérer la question.

Hideki Sato a donc évoqué l’hypothèse selon laquelle Sega resterait indépendant, mais les cinq dernières de pertes du groupe affaiblissent sérieusement cette proposition. Le groupe annonce justement des résultats largement supérieures à ses estimations pour son exercice 2002 clos le 31 mars, passant de 500 millions de yens (3,8 millions d’euros) à 3 milliards de yens (22,8 millions d’euros).

D’autres possibilités de fusion sont évoquées, avec Electronic Arts, numéro un mondial du jeu vidéo, ou Microsoft, par exemple, mais Sega a déjà annoncé plusieurs alliances qui n’ont jamais abouti, comme avec Bandaï il y a deux ans.

(Atelier groupe BNP Paribas – 12/05/03)

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas