Selon une étude de la BNP, la télévision interactive doit encore convaincre.

Par 22 février 1999
Mots-clés : Future of Retail, Europe

Selon Walter Vejdovsky, l'un des auteurs de la dernière étude sectorielle sur le marché de la télévision européenne réalisée par la BNP, le téléspectateur est par essence paresseux, aimant raconte...

Selon Walter Vejdovsky, l'un des auteurs de la dernière étude sectorielle
sur le marché de la télévision européenne réalisée par la BNP, le
téléspectateur est par essence paresseux, aimant raconter à ses proches le
lendemain ce qu'il a vu la veille à la télévision, ce qui limite l'attrait
du paiement à la séance où plus personne ne verrait le même film "il y un
achat de pay-per-view en moyenne par mois. La télévision est une activité
de repos pour ne pas dire de sommeil. La télévision ne sera jamais
active".
Selon lui, les décodeurs numériques aux multiples fonctions sont
surdimensionnés par rapport aux besoins.
Globalement pour la BNP, les valeurs de la télévision à l'ère du numérique
sont à suivre, notamment en Europe du Sud avec "une bonne rentabilité pour
l'Italie et la France". Le Sud, beaucoup moins câblé que les pays
nordiques, offre de bonnes perspectives pour la télévision par satellite.
Selon la BNP, un foyer sur deux recevra encore en 2006 les chaînes

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas