Chaque semaine, l’ordinateur fait perdre une journée.

Par 18 novembre 1998
Mots-clés : Smart city

Selon l’étude menée dans une société suisse sous forme d’un questionnaire électronique envoyée à 1 000 utilisateurs par le Cabinet Acadys, lorsqu’un utilisateur passe une heure sur son poste de tra...

Selon l’étude menée dans une société suisse sous forme d’un questionnaire
électronique envoyée à 1 000 utilisateurs par le Cabinet Acadys,
lorsqu’un utilisateur passe une heure sur son poste de travail, 20 minutes
sont consacrées à des activités non productrices.
70 % du temps de travail total étant passé sur l’ordinateur, c’est donc
plus d’une journée de travail qui est perdue chaque semaine à des tâches
sans valeur ajoutée. 62 % du temps improductif est consacré principalement
à résoudre des problèmes ou des déficiences informatiques, loin devant
l’autoformation (19 %), les activités informatiques sans rapport direct
avec le travail demandé (16 %) et l’utilisation de l’ordinateur à des fins
personnelles (3 %).
Comme principaux dysfonctionnement informatiques, 66 % des personnes
interrogées citent les imprimantes, 62 % le réseau, 56 % les applications.
Surtout, lorsque survient un problème, l’utilisateur perd une demi-heure à
chercher lui-même la solution, deux heures à attendre que le problème soit
résolu (indisponibilité du système), une heure et demie à cause de la
chute des performances du matériel et du réseau, une demi-heure à
convertir des documents, une autre demi-heure à assister ses collègues,
soit au total cinq heures en moyenne.
Directeur général d’Acadys, Graziano Conti estime “les coûts cachés liés
au temps improductif passé sur ordinateur représentent 56 % du coût réel
de l’informatique de l’entreprise”.
(Le Monde Informatique 13/11/1998)

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas