Semi-conducteurs : Citigroup reprend une partie d’Hynix

Par 03 juin 2004
Mots-clés : Smart city, Asie-Pacifique

Les créanciers du sud-coréen Hynix Semiconductor ont finalement trouvé un terrain d’entente avec le fonds Citigroup Venture Capital (CVC). Ils ont accepté une offre de 820 millions de dollars...

Les créanciers du sud-coréen Hynix Semiconductor ont finalement trouvé un terrain d’entente avec le fonds Citigroup Venture Capital (CVC). Ils ont accepté une offre de 820 millions de dollars, après plus d’un an de négociations et leur refus des premières propositions de Citigroup. Quatrième fabricant mondial de semi-conducteurs, Hynix abandonne aujourd’hui sa fabrication de semi-conducteurs pour les écrans plats et les appareils numériques. Pour le fabricant, il s’agit d’éponger sa dette, évaluée à plus de trois milliards de dollars, et de profiter de cette cession pour miser davantage sur son activité mémoires. Dans ce domaine, Hynix a les yeux rivés vers la Chine, où il projette de construire une nouvelle usine en collaboration avec le groupe ST Microelectronics. Cette session d’une partie d’Hynix à Citigroup intervient dans un contexte plutôt favorable ay marché mondial des semi-conducteurs. L’association World Semiconductor Trade Statistics (WSTS) a annoncé il y a quelques jours que le marché devrait enregistrer une croissance de 28,4 % cette année, pour peser 213,6 milliards de dollars. Cette nouvelle prévision est largement au-dessus de celle précédemment émise WSTS, qui tablait à la fin 2003 sur une croissance de 19,4 %. Après cette année de progression importante, le marché devrait ralentir considérablement sa croissance en 2005, à 8,5 %, et finalement se contracter de 0,7 % en 2006. (Atelier groupe BNP Paribas - 03/06/2004)

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas