Quand les serious games optimisent la collaboration

Par 29 avril 2008

Les jeux en ligne aident à détecter et former les prochains managers. En parallèle l'entreprise s'inspire des univers virtuels pour améliorer la gestion de ses équipes.

Les entreprises doivent s'adapter à une nouvelle génération d'employés qui maîtrisent et sont familiers des nouvelles technologies. C'est ce que confirme l'étude "Leadership's Online Labs" publiée par la Harvard Business Review. Pour arriver à ce constat, les universitaires ont étudié le projet Seriosity. Ce programme, lancé avec le soutien du centre de recherche IBM, a pour objectif d'appliquer au monde de l'entreprise les propriétés des jeux en ligne. Big Blue est parti du principe que le succès d'une société dépend de plus en plus de l'efficacité d'équipes assemblées pour réaliser des objectifs à court terme. Ces dernières travaillent dans des conditions très proches de l'expérience de millions de joueurs qui se confrontent et/ou collaborent tous les jours dans des univers comme World of Warcraft. Elles sont en effet composées d'individus ayant des expériences très diversifiées, qui ne se connaissent pas et qui sont souvent amenés à travailler ensemble à distance, via les médias électroniques.
Des équipes et un objectif
Et qui ne sont pas satisfaites lorsque leurs dirigeants mettent à leur disposition des outils technologiques dépassés, peu flexibles ou encore restrictifs. Les employés doivent donc apprendre à créer eux-mêmes les restrictions. C'est pourquoi le projet Seriosity propose des applications comme "Attent". Il s'agit d'une solution destinée aux entreprises souhaitant rationaliser et limiter les échanges de mails, un problème récurrent. L'objectif : hiérarchiser l'information et savoir déterminer l'importance d'un message que l'on envoie, mais aussi que l'on reçoit. Pour ce faire, "Attent" repose sur une monnaie virtuelle, appelée "Serios", que les employés utilisent pour déterminer la valeur du mail envoyé. Plus ils l'estiment important, plus ils dépensent de Serios, à partir d'un compte virtuel qui leur est créé. Une méthode inspirée des serious game qui concilie monde virtuel et technique de management réelle.
S'inspirer des univers virtuels
Autre point que soulève l'étude : les comportements de leadership qui émergent au cours des jeux sont souvent applicables et même recherchés dans le monde professionnel. Ce qui pousse les dirigeants à s'y intéresser de plus près. Ainsi, certaines situations virtuelles éveillent et stimulent les capacités des utilisateurs : les contextes de prise de risque, les changements de rôles fréquents entre leader et suiveur, et parfois des enjeux économiques. "Seriosity étudie les attitudes des joueurs dans les environnements virtuels qui connaissent le plus de succès", explique J.Leighton Read, co-fondateur de Seriosity. "L'intention étant d'appliquer au monde du travail les meilleurs enseignements qu'on peut en tirer". Et d'analyser les réactions et les prises de décision des futurs managers au cours du jeu. Des observations ensuite appliquées dans le contexte de cours de management au MIT.

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas