"Les services de localisation offrent un vrai potentiel pour les PME"

Par 03 août 2010

Les entreprises doivent prendre la mesure du succès des systèmes de localisation pour attirer et fidéliser des clients. Notamment en misant sur l'utilisateur, qui devient le coeur du succès du marketing géolocalisé.

Entretien avec Marc Prioleau, consultant spécialisé dans les technologies de géolocalisation. Il est intervenu pendant la conférence Geo-Loco 2010, qui s'est tenue le 21 juillet à San Francisco.
L'Atelier : Quels sont les enjeux pour les entreprises qui souhaitent exploiter la géolocalisation ?
Marc Prioleau : La progression de la localisation est le fruit de deux phénomènes : le succès des réseaux sociaux, d'une part, et la montée en puissance du marketing local d’autre part. Les plates-formes collaboratives constituent aujourd'hui le premier moteur du développement des services géolocalisés, en particulier celles qui intègrent des fonctions de "check-in", comme FourSquare et Twitter, et Google et Facebook, très bientôt. La prochaine étape sera de convertir la popularité de ces services en canaux effectifs de marketing local. Par exemple, si deux de amis se "checkent" dans un café, comment le propriétaire de l'établissement pourra-t-il utiliser le web social pour faire venir un troisième ami que partagent ces deux premiers clients ? Les recommandations de proche à proche constituent de fait l'une des principales tendances, puisqu'une personne fait davantage confiance aujourd'hui à un de ses contacts personnels qu'à un expert pour choisir un restaurant, par exemple.
Du coup, comment faire pour s'imposer sur ce marché, notamment quand on est une PME ?
Généralement, les petites et moyennes entreprises sont réticentes à investir dans de nouvelles technologies à des fins marketing, tant qu'elles n'y voient pas un moyen de créer de nouvelles opportunités professionnelles quantifiables. Or, il se trouve que plusieurs services basés sur la géolocalisation possèdent ce potentiel. Les PME qui tiennent à tirer profit de ces tendances doivent par conséquent adopter une démarche proactive, et s'approprier les outils développés par Google. Ou encore s'efforcer de se créer un réseau de "followers" sur Twitter. C'est simple, en pratique, d'autant qu'en règle générale, les personnes qui choisissent de se connecter par ce biais aux entreprises le font délibérément, parce qu'elles y trouvent un intérêt. Avec le temps, lorsque l'entreprise est entrée en relation avec 500 ou 1000 abonnés, elle peut actionner cet outil pour proposer des offres promotionnelles spécifiques, par exemple.
Quelles sont les limites de l'utilisation professionnelle de ces services localisés ?
Pour le moment, les canaux publicitaires ne sont pas encore véritablement opérationnels. Par ailleurs, il n'est pas facile d'y voir clair : plusieurs entreprises à fort potentiel attachent de l'importance aux réseaux sociaux géolocalisés, mais il est difficile de déterminer quelles seront celles qui tireront véritablement leur épingle du jeu. Autre problème : les personnes qui utilisent le plus les services localisés sont encore peu nombreuses et appartiennent pour la plupart à une population jeune, aisée, et d'ores et déjà initiée aux nouvelles technologies. En clair : il n'y a pas encore d'engouement généralisé de la part du public pour ces offres spécifiques. Et ce sont les entreprises qui possèdent déjà un certain nombre de données démographiques qui prendront l'avantage.  

Geo-Loco 2010 : le futur de la géolocalisation
Que peut-on attendre des services de localisation ? A quoi ressemblera cet écosystème en 2014 ? Autant de questions posées à un panel d'experts pendant l'événement Geo-Loco. Les réponses ? En neuf temps.

Prédiction n°1 : Les données géolocalisées seront gratuites, avec OpenStreet Map et d'autres services de données en open source et collaboratifs qui éclipseront les vendeurs commerciaux.
Prédiction n°2 : La localisation sera inhérente à toute application mobile.
Prédiction n°3 : Plus de la moitié de la totalité de la publicité mobile sera géolocalisée d'ici quatre ans.
Prédiction n°4 : Tout le contenu généré par l'utilisateur (UGC) sera géo-taggué.
Prédiction n°5 : La proximité deviendra un filtre critique dans l'affichage du contenu.
Prédiction n°6 : Les lecteurs de QR codes et barcodes embarqués dans le mobile vont révolutionner les modes d'accès à l'information.
Prédiction n°7 : Les systèmes de localisation seront intégrés aux réseaux sociaux.
Prédiction n°8 : La géolocalisation améliorera les relations et en fera apparaître de nouvelles. C'est un web local qui émerge.
Prédiction n°9 : Les utilisateurs seront réfractaires au fait de payer pour de tels services.

Pour plus de détails, consulter l'intégralité des articles sur L'Atelier US:

Geo-Loco 2010 : the future of geolocalisation, Part one
Geo-Loco 2010 : the future of geolocalisation, Part two

 

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas