Services de VoD en Europe: la France est première du classement

Par 07 mai 2007

Alors que le festival de Cannes s'approche à grands pas, la Direction du développement des médias (DDM-France) et l'Observatoire européen de l'audiovisuel viennent de publier une étude...

Alors que le festival de Cannes s'approche à grands pas, la Direction du développement des médias (DDM-France) et l'Observatoire européen de l'audiovisuel viennent de publier une étude sur le développement de la VoD (Video on Demand) dans 24 pays d'Europe. Sur les 150 services de vidéo à la demande aujourd'hui proposés, la France remporte la palme avec 20 services de VoD disponibles fin 2006.
 
Selon l'étude, 142 services payants étaient accessibles à la fin de l'année 2006. Avec les services gratuits apparus début 2007, le nombre total de plates-formes de vidéo à la demande opérationnelles s'élève désormais à plus de 150 en Europe.
 
Derrière la France, les Pays-Bas enregistrent 19 services, contre 13 pour le Royaume-Uni et 12 pour l'Allemagne. Mauvais élèves, la Turquie, la Slovénie et le Luxembourg ne proposent encore aucune plate-forme de vidéo à la demande à leurs populations.
 
Pour le moment, ces services sont majoritairement proposés par Internet (94). Le second mode de distribution est la transmission par réseau ADSL, généralement soumise dans le cadre d'une offre de distribution de chaînes de télévision en mode IPTV. 47 services passent par ce réseau.
 
Pour l'étude, les principaux acteurs de ce marché sont les éditeurs de chaînes de TV, les agrégateurs de contenu et les opérateurs de télécommunications. Quelques entreprises de production et associations de producteurs commencent également à proposer leurs offres, mais elles sont encore rares. D'ailleurs, précise le rapport, "les grands groupes cinématographiques européens n'ont pas encore annoncé de service propre, ce qui contraste avec la situation aux Etats-Unis où les majors d'Hollywood sont à l'initiative du service Movielink".
 
En ce qui concerne la chronologie des médias, l'étude souligne qu'elle est une des priorités des plates-formes de VoD, qui travaillent actuellement à raccourcir les délais. "Dans les pays où existe une chronologie de diffusion précise concernant la VoD, fixée notamment par le cadre d'accords interprofessionnels, ces accords sont, dans la plupart des cas, en renégociation, avec une tendance claire au raccourcissement de la durée des fenêtres", souligne l'étude, qui estime que la sortie d'un film en VoD le même jour que celle en DVD devient de plus en plus courante dans le nord de l'Europe.
 

(Atelier groupe BNP Paribas - 07/05/2007)

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas