SFR ouvre ses mobiles à l'ADSL

Par 28 mars 2007
Mots-clés : Digital Working, Europe

SFR débarque sur le marché de l'ADSL! L'opérateur a annoncé le lancement pour le 25 avril d'une offre de haut débit pour ses abonnés mobiles. Baptisée Happy Zone + ADSL, la formule s'adresse aux...

SFR débarque sur le marché de l'ADSL! L'opérateur a annoncé le lancement pour le 25 avril d'une offre de haut débit pour ses abonnés mobiles. Baptisée Happy Zone + ADSL, la formule s'adresse aux clients, actuels et futurs, qui disposent d'un forfait de deux heures et plus. Elle propose, en plus de la téléphonie mobile, la téléphonie fixe illimitée en VoIP (Voice over Internet Protocol), une Box SFR, un accès Internet de 20 Mégabits par seconde et la télévision sur ADSL.
 
Cette nouvelle offre s'appuiera sur le réseau de Neuf Cegetel. Ses abonnés profiteront également de l'option Happy Zone, testée par SFR en Haute-Garonne et dans les Bouches-du-Rhône, et qui vient d'être officialisée à l'échelle nationale pour 14.90 euros par mois et 9.90 euros pour les abonnés SFR depuis plus d'un an. Ce service permet aux utilisateurs qui s'acquittent d'un abonnement mobile de 2 heures pas mois minimum, de téléphoner gratuitement et de manière illimitée vers les numéros fixes en France, à partir de chez eux et dans un périmètre de 250 mètres autour de leur domicile.
 
L'offre ADSL de SFR semble donc intéressante. D'autant que l'opérateur annonce des prix conformes à ceux du marché: 29.90 euros par mois pour les zones dégroupées, et 37.90 euros pour celles non dégroupées. Cerise sur le forfait: les nouveaux abonnés bénéficieront également de la continuité des services entre le téléphone mobile et l'ordinateur et d'un service client SFR avec les trente premières minutes d'appels offertes. Enfin, l'opérateur s'engage à installer la Box SFR chez le client en huit minutes.
 
Avec ces nombreuses options, SFR espère jouer la carte de la qualité pour attirer des clients et se démarquer dans un secteur très concurrentiel et vivement critiqué, ces derniers temps, par la DGCCRF (Direction générale de la consommation, de la concurrence et de la répression des fraudes) et par des associations de consommateurs comme l'UFC-Que Choisir.
 
La partie ne sera pas facile. L'opérateur, qui comptait, en rachetant les activités fixe et Internet de Tele2, s'appuyer sur les 350 000 clients ADSL du FAI pour lancer son offre, est toujours dans l'attente de l'accord de Bruxelles, qui vient d'ouvrir une enquête approfondie afin de vérifier si l'opération respecte bien les règles de la concurrence.
 

(Atelier groupe BNP Paribas – 28/03/2007)

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas