Shadow IT, le risque des terminaux privés en entreprise

Par 19 décembre 2013
Shadow IT

Les secteurs informatiques des entreprises cherchent à développer un fonctionnement basé directement sur les services afin de faciliter la capacité de livraison des capacités IT auprès des services.

Au fil de l'informatisation croissante des processus de travail, l'importance du secteur informatique dans le fonctionnement opérationnel est devenu sans cesse plus importante. Cependant cette informatisation s'est accompagnée aussi d'une normalisation des outils, ainsi des employés sans cesse plus nombreux utilisent des outils informatiques, comme les applications, les mobiles et les smartphones, personnels plutôt que fournis par l'entreprise. On constate alors une multiplication des difficultés pour les services informatiques, que ce soit dans la sécurisation des donnés privées de l'entreprise ou simplement dans l'harmonisation des outils de travail, ne serait-ce que par exemple les différents types de documents, nécessitant divers logiciels pour être exploités. Pour comprendre et analyser l'impact de ce phénomène auprès des secteurs informatiques, la société Logicalis a effectué un sondage auprès des dirigeants informatiques. Si les enjeux sont protéiformes, la volonté reste la même, celle de l'optimisation des processus.

Shadow IT

L'apparition de nombreux appareils non fournis par l'entreprise est ainsi significative d'une évolution dans le rapport des employés aux services informatiques, rejetant leur expertise au profit de l'expertise ressentie grâce à l'intuitivité des appareils et logiciels possédés. Ce phénomène, dénommé Shadow IT (It de l’ombre) apparaît, aux dires des dirigeants informatiques interrogés, en progression constante, 60% des interrogés considérant que celle-ci continuera à croître dans les 5 prochaines années. Pour y répondre, plutôt que de chercher à interdire les appareils personnels, les dirigeants informatiques se concentrent sur leur approche stratégique. Cette difficulté de répondre aux enjeux du Shadow IT repose ainsi sur une répartition du temps trop centrée sur les activités quotidiennes, ne permettant pas de vision d'ensemble. Parmi les personnes interrogées, 70% du temps en moyenne est alloué aux tâches quotidiennes, là où ceux-ci souhaiteraient concentrer ce temps sur les approches stratégiques. Afin de libérer ce temps, l'écrasante majorité des interrogés souhaitent, plutôt que de mettre en place de nouvelles structures de fonctionnement, optimiser au maximum les procédures existantes.

Libérer du temps pour se concentrer sur les enjeux stratégiques

Afin d'atteindre cette optimisation, 44% des responsables de secteurs informatiques mettent ainsi en avant en premier lieu la nécessité d'externaliser une partie de la gestion des services auprès de sociétés spécialisées. Mais il s'agit aussi de tirer profit des technologies existantes, 13% souhaitant tirer parti de l'exemple du modèle de consommation offert par le Cloud dans la gestion des données et activités de l'entreprise. Une fois ce temps libéré, les priorités stratégiques des dirigeants informatiques sont claires, mobile et analytique. 42% d'entre eux relèvent ainsi l'importance prédominante du développement des services d'analytique liés directement à la conduite des activités économiques, tout comme 33% préféreraient se concentrer sur l'adoption d'une stratégie mobile plus cohérente. Ces deux priorités montrent ainsi bien que les dirigeants interrogé sont conscients de l'évolution du rôle des services informatiques. Plutôt que simple réparateur d'ordinateur, les services informatiques cherchent à épouser au mieux les fluctuations de l'entreprise, que ce soit dans la stratégie globale ou dans l'évolution pratique des modes de travail des employés.

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas