Shell, BP Amoco, Totalfina, Elf sur Internet : le BtoB va encore frapper

Par 12 avril 2000

Quatorze compagnies pétrolières, dont BP Amoco, Totalfina, Elf et Shell, souhaitent mettre en place un site commun d’approvisionnement face à leur fournisseurs. Après les accords passés par les géan...

Quatorze compagnies pétrolières, dont BP Amoco, Totalfina, Elf et Shell,
souhaitent mettre en place un site commun d’approvisionnement face à leur
fournisseurs. Après les accords passés par les géants de l’automobiles et
ceux de la distribution alimentaire, c’était mardi, le tour de quatorze
pétroliers d’annoncer un même type d’alliance. Le BtoB (Business to
Business) sur l’nternet apparaît de nouveau à la une de l’actualité (voir
lettre du 10 avril 2000). Ils ont annoncé le lancement futur de ce marché
mardi dernier, dans un communiqué envoyé à la bourse de Londres. Les
partenaires prévoient d'utiliser le marché Internet pour une importante
part de leur approvisionnement. Le marché concernera les
approvisionnements de biens et services utilisés dans l'exploration et la
production de pétrole et de gaz naturel, ainsi que les secteurs de la
pétrochimie, du raffinage et de la vente. Il s'adressera aux acheteurs et
vendeurs de toute taille. Il permettra de réduire le nombre
d'intermédiaires et de faire des économies dans les achats. Les
partenaires sont Royal Dutch/Shell, BP Amoco, Conoco, Dow Chemical,
Equilon Enterprises, Mitsubishi Corporation, Motiva Enterprises,
Occidental Petroleum, Phillips Petroleum, Repsol YPF, Statoil, Tosco,
TotalFinaElf et Unocal. Des discussions sont déjà en cours avec d'autres
partenaires importants pour les rejoindre. Une société indépendante sera
créée pour gérer ce marché. Elle sera ultérieurement introduite en Bourse.
Au total, les quatorze fondateurs de ce marché dépensent actuellement plus
de 125 milliards de dollars (130,2 milliards d'euros) chaque année en
approvisionnement. 40% aux Amériques, 40% en Europe et en Afrique, et 20%
en Asie-Pacifique et dans le Moyen-Orient. Si l’alliance est acceptée, la
diminution des coûts d’approvisionnement devrait être considérable.
(Jean de Chambure - Atelier BNP-Paribas - 13/04/2000)

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas