Le shopping entre amis s'exporte sur le Net

Par 16 septembre 2008
Mots-clés : Future of Retail

Les internautes qui se rendent sur Shop N Chill peuvent y convier leurs contacts sur d'autres réseaux sociaux. Ils peuvent voir ensemble les mêmes vêtements, et partager leurs avis par IM.

Faire des courses seul ou du lèche-vitrine entre amis : ces deux expérience d'achat sont très différentes. Il en est de même sur la Toile. C'est l'opinion du site Shop N Chill, qui ouvre sa plate-forme de shopping qu'il veut sociale. Cette dernière permet de faire des achats entre amis, contactés depuis son réseau Facebook, MySpace ou Friendster. Chaque utilisateur voit en même temps les mêmes objets. "Nous achetons des produits parce que nous en avons besoin, mais aussi pour nous faire du bien, stimuler notre ego", souligne à ce sujet Ishmael Bahadur, PDG du centre commercial en 3D TheMall.tv. "Les réseaux sociaux nous aident à atteindre ce ressenti et à partager notre expérience, à en apprendre plus sur nos amis, à comparer des prix, découvrir de nouveaux sites d'e-commerce...". Les membres sont autorisés à donner leur avis sur les vêtements des commerçants représentés dans l'univers virtuel, se proposer des accessoires, etc.
Faire du lèche-vitrine virtuel à plusieurs
Le tout, par messagerie instantanée. Ils sont à même de réaliser des achats en commun, et de se répartir la note, au moment du règlement. Ce, via l'application Split-Bill. Une option propose aux internautes de profiter de conseils personnalisés pour obtenir un vêtement à leur taille, en rentrant ses mensurations (tour de tête, de poitrine, de taille, pointure, etc.). Le site vise finalement à reproduire complètement sur la Toile nos habitudes d'achat dans le monde physique. Un objectif qu'Ishmael Bahadur approuve. "L'achat en solitaire sur le Net est souvent un achat impulsif, ou pratique", explique-t-il. "Les achats réalisés alors qu'on est à plusieurs derrière l'écran - réellement ou virtuellement - concernent généralement des produits que l'on avait déjà repérés mais pour lesquels on a besoin d'un avis, ou d'objets que certains de ses proches ont déjà et pour lesquels on se laisse tenter plus facilement. Comme dans la vie réelle, finalement".
Du pain béni pour les annonceurs
Et cette nouvelle déclinaison du e-commerce devrait ravir les détaillants. Ceux-ci se voient proposer un magasin virtuel qu'ils ont la possibilité de personnaliser aux couleurs de leur marque. Le prix de location n'est pas indiqué, pas plus que le nombre de produits qu'il est possible d'y placer. Cinq commerçants sont d'ores et déjà présents sur la plate-forme (Desperately Different, Jenny Bird, Juma, Karamea et Morris B). Autres professionnels qui devraient trouver avantage à cette solution : les annonceurs. "Pour les publicitaires, ce type de site permet de mieux cerner le consommateur : les gens s'ouvrent plus sur ces plates-formes que sur un site d'e-commerce traditionnel", souligne Ishmael Bahadur. Et de conclure : "les annonceurs disposent de quoi cibler par groupe d'âge, pouvoir d'achat... Ils peuvent aussi parier sur le bouche à oreille pour vendre leurs produits".

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas