Le shopping interactif a sa place dans le monde réel

Par 24 janvier 2011
Mots-clés : Smart city, Europe
shopping interactif

En plaçant derrière la vitrine d'un magasin un système de reconnaissance gestuelle et un écran, il est possible de donner aux passants la possibilité de sélectionner un produit, en le pointant du doigt.

Si les détaillants ont tout intérêt à optimiser l’expérience virtuelle du consommateur lorsqu’il navigue sur leurs sites de e-commerce, ils doivent aussi penser à intégrer les nouvelles technologies à leurs boutiques dans le monde réel. C’est le postulat d’une équipe de scientifiques de l’Institut Heinrich Hertz (HHI) du Fraunhofer, qui propose de rendre les vitrines des magasins interactives. Comment ? En utilisant un système de reconnaissance gestuelle et faciale, qui affiche sur un écran les produits que les consommateurs pointent du doigt ou fixent du regard, et d’en présenter les principales caractéristiques, comme la couleur, la matière, le prix et la disponibilité en magasin. Ou d’en faire tourner une représentation en trois dimensions, pour l’apprécier sous tous les angles.

Une vitrine interactive

Techniquement, quatre caméras 3D détectent les positions des mains, du visage et des yeux des passants qui s’arrêtent devant la vitrine. Un logiciel intégré au système effectue les calculs nécessaires pour que les images affichées successivement sur l’écran correspondent aux différentes actions des acheteurs potentiels. "Le shopping interactif a déjà fait ses preuves sur Internet. Désormais, nous développons cette technologie dans les lieux de passage et les centre commerciaux en plaçant le système d’affichage derrière la vitrine", souligne Paul Chojecki, l’un des chercheurs de l’institut Fraunhofer. Avant d’ajouter : "l’avantage principal, c’est qu’aucun contact n’est nécessaire avec les produits".

Acheter même lorsque la boutique est fermée ?

Ainsi, il est possible d’effectuer des achats même lorsque la boutique est fermée, en commandant via l’écran le produit, par exemple. Une facilité qui reste à relativiser, selon Laurent Laforge, de l’agence Modedemploi, spécialisée dans la communication interactive. "La gestuelle interactive peut tout à fait créer un ‘wahou‘ effect devant les vitrines", explique-t-il à L’Atelier. "En revanche, je ne crois pas trop à l’achat via cette interface, peu discrète pour donner son adresse ou taper son numéro de carte bancaire", nuance le spécialiste. A noter : un prototype du système a été développé par les scientifiques qui le présenteront au CeBit, salon qui se tiendra à Hanovre, du 1er au 5 mars 2011.

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas