Siemens et Huawei créent une joint-venture pour la 3G en Chine

Par 19 février 2004
Mots-clés : Smart city, Asie-Pacifique

Déjà, en novembre 2000, l'équipementier télécoms allemand Siemens créait avec Huawei Technologies, son homologue chinois et la CATT (China Academy of Telecommunications Technology) une alliance...

Déjà, en novembre 2000, l’équipementier télécoms allemand Siemens créait avec Huawei Technologies, son homologue chinois et la CATT (China Academy of Telecommunications Technology) une alliance stratégique sur la technologie TD-SCDMA (Time Division Synchronous Code Division Multiple Access), retenue pour les réseaux mobiles de troisième génération en Chine. L’objectif de ce rapprochement était alors de coopérer sur la standardisation internationale de TD-SCDMA, et le développement de produits.

Aujourd’hui, Siemens et Huawei annoncent la création d’une co-entreprise qui développera des systèmes mobiles de troisième génération utilisant toujours la technologie TD-SCDMA. L’entité devrait employer environ 300 personnes, et son siège être implanté dans la zone économique chinoise de Shenzhen. Côté fonds, elle recevrait 100 millions de dollars de ses co-fondateurs (51 % pour Siemens, 49 % pour Huawei).

La technologie TD-SCDMA est déjà soutenue par le gouvernement chinois et par les deux opérateurs du pays, China Unicom et China Mobile. Tous défendent deux avantages de cette technologie par rapport aux autres. Le premier est qu’elle permet une utilisation optimisée du spectre radio, le second qu’elle utilise du multiplexage temporel.

(Atelier groupe BNP Paribas – 19/02/2004)

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas