Signature d'une charte pour le cinéma en ligne

Par 24 mai 2006

A l'heure d'Internet et de la VoD, le cinéma en ligne commence à démonter son potentiel économique. Pour développer ce nouveau moyen de diffusion, et lutter contre le piratage, les pouvoirs...

A l'heure d'Internet et de la VoD, le cinéma en ligne commence à démonter son potentiel économique. Pour développer ce nouveau moyen de diffusion, et lutter contre le piratage, les pouvoirs publics européens et les professionnels du cinéma ont décidé de se fixer des objectifs. C'est dans ce but qu'une "charte européenne du cinéma en ligne" a été signée à Cannes, sous l'égide de la Commission européenne.
 
Afin de faciliter le développement d'un marché plein de promesses, se sont réunis, autour d'une même table, les principaux représentants de l'industrie du cinéma et du contenu, des fournisseurs de services Internet et des opérateurs de télécommunications de l'Union européenne et des Etats-Unis. But de la réunion : la signature de la première charte mondiale sur le cinéma en ligne.
 
Cette charte "détermine les conditions préalables que les fournisseurs de contenu et d'infrastructures doivent remplir pour faire des services de cinéma en ligne une réussite commerciale", souligne la Commission européenne dans un communiqué. En outre, elle "servira de référence à de futurs accords commerciaux ainsi qu'à une politique plus large de la Commission européenne sur le contenu en ligne".
 
Viviane Reding, comissaire à la société de l'information qui a initié le projet, a estimé que "les services en ligne faciliteront considérablement l'accès au cinéma européen dans toute sa diversité et favoriseront sa diffusion dans l'Union européenne et sur les marchés internationaux".
 
L'objectif de cette charte est donc "d'encourager le développement et l'adoption du cinéma en ligne en Europe. Ses signataires pensent que les services de cinéma en ligne ouvrent, en raison de leur potentiel économique et culturel, de vastes perspectives pour une diffusion plus grande des films européens", précise le communiqué.
 
Pour atteindre de tels objectifs, le texte ébauche quelques pistes. Il dénombre quatre éléments indispensables à l'essor du marché : un large éventail de films attrayants, des services en ligne conviviaux, une protection adéquate des droits d'auteur et une coopération étroite dans la lutte contre la piraterie. La charte dresse en outre une liste des meilleures pratiques en matière de distribution en ligne de contenus audiovisuels.
 
Parmi les premiers signataires de la charte figurent notamment le CNC (Centre national de la cinématographie), la BBC, Belgacom, Gaumont, Tele2, Telecom Italia Media, Thomson, Time Warner, Vivendi ou Zentropa Productions. Les responsables européens espèrent de nombreuses autres signatures dans les semaines à venir.
 
(Atelier groupe BNP Paribas- 24/05/2006)

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas