Silver Economie: un secteur émergent confronté aux difficultés de financement

Par 03 avril 2014 2 commentaires
Silver Economy

La Silver Économie est en plein développement compte tenu des tendances démographiques, mais quelle est la cartographie de ce secteur émergent?

Quelle place pour la Silver Économie dans le secteur des nouvelles technologies ? Aujourd’hui, la Silver Valley rend public le premier rapport sur l’état de ce secteur et choisit de revenir sur les difficultés que rencontrent les entrepreneurs dans le domaine, notamment du point de vue du financement. Car si en France, les personnes âgées de 60 ans ou plus sont aujourd’hui 15 millions, elles en représenteront 20 d’ici 2030. Des adaptations structurelles sont donc nécessaires et c’est dans ce cadre que se positionne la Silver Economie, réel vivier de croissance (0,5% par an) et d’emplois (300 000 emplois d’ici 2020). S’appuyant sur les données déclaratives collectées auprès de 54 dirigeants de jeunes entreprises, de moins de 5 ans, de la Silver Économie, de 10 investisseurs publics et privés, dans 12 régions françaises, l’étude dévoile un parcours de financement semé d’embûches en raison de la concurrence, du manque d’accompagnement et, bien évidemment, du contexte économique.

De multiples pistes de financement et de modèles économiques

Bien que la révolution démographique crée un véritable marché essentiellement dans les services, la levée de fonds s’avère en effet être une tâche difficile. Le manque de consensus autour de la définition de l’innovation de ce secteur et surtout un contexte économique complexe posent des obstacles pour une majorité d’entrepreneurs. Ces freins s’expliquent par plusieurs raisons. Outre le fait qu’il s’agisse d’un jeune secteur, les entrepreneurs semblent en difficulté devant la multiplicité des acteurs lors de leur recherche de financements. Les soutiens financiers proposés font intervenir différents échelons (national, régional et européen) sous différentes formes : subventions, prêts, avances remboursables… ou bien prise de participation au capital (Business Angels, Capital-investissement,..). S’ajoute à cela la multiplicité des modèles économiques (B to B, B to B to C, B to C). De leur côté, les financeurs déplorent « un manque cruel de coopérations entre les différents acteurs du financement ». Financeurs et entrepreneurs s’accordent pour souligner le manque de continuité dans l’accompagnement.

Accélérer la dynamique

L’étude indique que les entrepreneurs de la Silver Économie sont principalement des professionnels isolés désireux de développer un produit et/ou un service innovant issus du monde de l’ingénieur, du commerce et/ou de la santé. Définis comme des entrepreneurs sociaux, leur motivation est de maximiser leur profit mais également de soulager, accompagner les seniors et leurs aidants. Mais le fort potentiel de leurs entreprises doit désormais se structurer afin de défendre leur compétitivité au niveau international. Or, l’étude souligne que le contexte économique compliqué renforce l’inertie des investissements en particulier au moment du développement commercial et du passage à l’industrialisation. Pour garantir le point d’équilibre, le rapport recommande notamment le renforcement du rôle des clusters d’innovation régionaux dédiés. Ces clusters deviendraient des acteurs de confiance auprès des investisseurs une fois les projets sélectionnés tout en offrant aux entrepreneurs un accès au marché et un accompagnement.

Haut de page

2 Commentaires

Les investisseurs sont prudents en période de crise économique et le sont d'autant plus, en raison de l'exagération sous importante de l'ampleur des marchés de la Silver Economie par certains acteurs. Ainsi, la Silver Economie est souvent - encore - décrite comme un eldorado, c'est qui n'est pas juste. C'est des sources importantes de croissance, mais il faut rester pragmatique. C'est des marchés complexes avec des freins importants. Et les investisseurs, ne sont pas dupes.
Frédéric Serrière
Conseiller sur le marché des Seniors depuis 1999

Soumis par Frédéric SERRIERE (anonyme) (non vérifié) - le 05 avril 2014 à 08h23

Il peut être entendu, en effet, que le marché des seniors est complexe et avec de nombreux freins. Mais quel marché ne comporte pas les mêmes dimensions. Et, s'il est bien un élément qui devrait rassurer les investisseurs, c'est bien le nombre, c'est à dire le volume associé au marché considéré. Au delà de cet élément rassurant et des besoins réels qui touchent de nombreux secteurs d'activité, les investisseurs devraient plutôt considérer, à l'instar d'autres pays européens ou du canada par exemple, qu'à force d'être trop frileux, ils vont se faire coiffer au poteau et par là même réduire les chances qui s'offrent à la France de retrouver croissance et plein emploi.
Frédéric LEROY
Président Association GENS DE MAISON
Services à domicile
Engagé sur un projet de développement NTIC SILVERAGE

Soumis par Frédéric LEROY - Président GENS DE MAISON (non vérifié) - le 24 avril 2014 à 05h08

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas