Pour s'imposer, le haut débit a besoin de dégroupage et de concurrence

Par 16 octobre 2009

En comparant les performances des pays de l'OCDE en termes d'infrastructures larges bandes, des chercheurs d'Harvard ont identifié l'ouverture des réseaux comme l'une des politiques les plus efficaces.

Le dégroupage et l’ouverture à la concurrence sont deux facteurs majeurs dans la capacité d’un pays à faire évoluer son infrastructure Internet. Voilà ce que révèle un rapport du Centre Berkman d’Harvard sur le passage à la deuxième génération de connexion large bande dans les pays de l’OCDE. L'étude sur l’ensemble des pays étudiés a pour objectif d’améliorer la connectivité et la capacité des réseaux. Et tous ne s’y prennent pas de la même manière pour encourager ces changements, notent les chercheurs. Ceux qui s’en sortent le mieux, comme le Japon et la Corée du Sud, ont ouvert leur infrastructure de fibre optique, mais pas seulement. Ces pays ont imposé aux fournisseurs d’accès mobile d’ouvrir eux aussi leurs réseaux à la concurrence.
Les nouveaux entrants, catalyseurs de performance
D’autres pays, comme la Suède et les Pays-Bas, poussent les opérateurs télécoms à se restructurer. En séparant leurs activités de vente d’accès au réseau de celles qui commercialisent la connectivité directement aux consommateurs. Les chercheurs notent que même les pays historiquement réticents à l’application de politiques d’accès libre, comme la Suisse ou la Nouvelle-Zélande, ont rebroussé chemin. Pour eux, ce type d’initiative est de nature à faire émerger la nouvelle génération d’accès haut débit. Les entrants arrivés suite à l’ouverture des infrastructures se sont en effet comportés en catalyseurs. L’accroissement de la compétition aurait contribué à l’amélioration générale des performances du haut débit dans leur pays, notent encore les chercheurs.
Trois critères d’évaluation
Trois critères ont été retenus pour établir un classement et identifier les politiques à suivre : le taux de pénétration, la capacité technique des réseaux, et le prix des services. Les chercheurs notent que dans les classements effectués jusqu’ici, seul le premier critère était réellement observé, offrant une vue biaisée des performances de chaque pays. En ce qui concerne la pénétration des services large bande, les pays nordiques sortent largement du lot en occupant cinq des huit premières places. La Corée du Sud, le Japon, la France et la Finlande sont les quatre pays où les opérateurs offrent la vitesse de connexion la plus rapide. En ce qui concerne le prix des connexions les plus rapides, la France et le Japon prennent à nouveau la tête de ce classement.

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas