La simulation en bio-génétique s'applique aussi à la finance

Par 26 novembre 2008
Mots-clés : Smart city

Pour prédire les variations des marchés financiers, Fina Technologies utilisera des solutions de calcul parallèle développées à l'origine pour comprendre l'évolution des effets d'un médicament sur une maladie.

Jusqu'à présent, Gene Networks Sciences (GNS) développait des solutions de bio-simulation permettant d'identifier les effets de nombreux médicaments sur des pathologies comme le cancer ou le diabète. Et selon lui, le logiciel de supercalcul qu'il utilise, REFS*, pourrait tout aussi bien être utilisé pour prédire les variations des marchés financiers et des sites de e-commerce, mais aussi pour évaluer l'évolution de modèles d'assurances ou encore détecter des fraudes. C'est pourquoi il inaugure Fina Technologies, une spin-off dédiée aux marchés de la finance et du commerce. En montant cette spin-off, GNS souhaite monétiser sa plate-forme de calcul REFS. "Cet outil nous permettra aussi évidemment d'automatiser la découverte de relations complexes et en constante évolution à partir de quantités importantes de données", explique Josh Holden, pdg de Fina.
Brasser et analyser de multiples données
"Il donnera la possibilité de créer des stratégies financières plus fiables et rentables". Les solutions utilisées par la société combineront technologies de calcul parallèle ultra-performantes et techniques d'apprentissage automatique pour mettre au point des dispositifs de calcul permettant de résoudre des situations qui impliquent d'importants volumes de données. L'utilisation d'une même technologie pour des secteurs apparemment complètement différents est pourtant logique. Ceux-ci ont en effet un point commun : chaque problème jongle avec un tel nombre de variables qu'il est difficile de réaliser des prédictions fiables sans outil de calcul dédié.
Super-calculateurs et intelligence artificielle
"Les réseaux de données complexes gouvernent tout, des maladies humaines aux marchés financiers, et rendent souvent toute prédiction précise impossible", explique Colin Hill, pdg de GNS. "Aujourd'hui, nous faisons converger térabytes de données, super-calculateurs et logiciels d'intelligence artificielle. Ces méthodes permettent de percer enfin les mystères de ces réseaux, et de prédire leur comportement". Comme, ajoute le responsable de GNS, les effets de la combinaison de deux remèdes contre le cancer sur la tumeur d'un patient disposant d'une séquence ADN particulière. Une première levée de fonds est en cours, soutenue par Reed Elsevier Ventures.
* Reverse Engineering, Forward Simulation

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas