La simulation simplifie la prise de décision

Par 25 février 2009
Mots-clés : Smart city, Europe

Plutôt que de former avec de l'écrit, le Virtual Teaching Hospital System analyse les données concernant de véritables patients. Il formule des pistes de diagnostic sur lesquelles les étudiants sont invités à plancher.

Les QCM (questionnaires à choix multiples) font leur révolution multimédia. L'université de Leicester développe un système de simulation de réalisation de diagnostic à l'intention des étudiants en médecine. Le dispositif, baptisé Virtual Teaching Hospital System (VTHS) intègre les informations médicales concernant un véritable patient : symptômes, résultats de tests, radio... Il propose ensuite plusieurs suggestions aux élèves. A eux de choisir celle qui leur convient et de justifier leur décision. Pour John Omara, l'un des responsables du projet : "cette solution facilitera l'enseignement et la compréhension du processus de réalisation d'un diagnostic médical". Un avis partagé par Adwoa Donyina, doctorante au département des Sciences informatiques.
Faciliter l'enseignement et la compréhension
"Le système d'apprentissage assistera les étudiants en les aidant à choisir l'information la plus pertinente pour établir un diagnostic", explique-t-elle. Il pourra aussi être utilisé par les étudiants comme un moyen d'éprouver les différents scénarios. C'est-à-dire introduire pour chaque cas un symptôme un peu différent pour en vérifier les effets. Le but est aussi d'assurer un meilleur suivi des jeunes : l'ensemble des résultats seront sauvegardés dans une base de données. Ses concepteurs précisent qu'un tel système ne peut cependant être utilisé en remplacement d'un diagnostic humain et ne pourra être utilisé pour traiter automatiquement les patients.
Un projet mené par des étudiants
Ce, tout du moins à court terme. Ce sont des étudiants de deuxième année en Sciences informatiques qui travaillent sur le projet. Ils sont répartis en cinq équipes de six à huit personnes. "Tous les groupes travaillent sur le même projet. A la fin, nous choisissons celui qui propose la meilleure solution. Ce qui permet d'atteindre des résultats de qualité", souligne Reiko Heckel, l'autre responsable du projet. Une autre phase de tests sera lancée à l'hiver 2009. Il sera proposé en option aux étudiants jusqu'à ce qu'une version finale soit élaborée.

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas