Quand le singe pense, le bras robotisé le nourrit

Par 30 mai 2008 3 commentaires

Deux primates ont été capables d'activer un bras robotisé par la pensée. Ils ont pu s'emparer à plusieurs reprises de nourriture. Un pas de plus vers la mise en place d'équipements pour les personnes à la mobilité réduite.

Diriger un bras robotisé par la pensée pour se nourrir. L'expérience a été réalisée avec succès à l'université de Pittsburgh. Sauf que contrairement aux attentes, ce n'est pas un être humain qui s'est activé à déplacer la machine, mais deux singes. La nouveauté n'est pas là, de précédentes expériences ont déjà été menées sur des individus et des animaux. Ce qui l'est, c'est que les deux bêtes ont été capables d'attraper la nourriture tendue par les scientifiques. Et donc de se servir de la machine comme d'un véritable bras. L'opération a été réalisée avec succès plus de six fois sur dix. Les singes auraient même recommencé à s'emparer de nouveaux aliments sans avoir terminé ceux qu'ils étaient déjà en train de mâcher. Autre fait intéressant : les animaux ont été capables de manœuvrer le bras autour d'obstacles, et de modifier le trajet suivi par le robot quand les chercheurs, qui distribuaient la nourriture, changeaient de place.
Une extension du corps
"Il est impressionnant de voir à quel point l'animal a interagi naturellement avec le robot", explique John Kalaska, neuroscientifique à l'université de Montréal, partenaire du projet. "Le bras est devenu une véritable extension de leur corps", ajoute-t-il. Pour parvenir à leur but, les scientifiques ont contrôlé l'activité du cerveau des singes au moment où ceux-ci manipulaient le bras en utilisant un joystick. Ce, afin de leur permettre de se familiariser avec l'objet.Toutes ces données ont été intégrées au système informatique reliant les électrodes placées dans le cerveau des singes à la machine robotisée, pour permettre à cette dernière d'identifier certains schémas de pensée. Pour que les animaux puissent contrôler le bras en n'utilisant que leurs ressources mentales, les chercheurs ont placé les bras des animaux dans deux tuyaux de plastique. Pour que ces derniers ne paniquent pas et ne soient pas frustrés, ils ont ensuite commandé partiellement le bras.
Des équipements encore loin d'être commercialisés
Au bout de trois semaines d'entraînement, les singes ont été capables de le diriger par eux-mêmes. Les projets permettant de contrôler des objets robotisés par la pensée se multiplient. En fin d'année dernière, le Fraunhofer présentait ainsi un bras capable d'être activé via les ondes cérébrales. La commercialisation de tels systèmes à destination de personnes paralysées est encore loin d'être envisageable. Andrew Schwarz rappelle ainsi qu'un bras robotisé nécessite un important arsenal informatique : ordinateurs très performants, matériel conséquent... La présence d'un tiers est également requise. Si le bras est défectueux, la personne paralysée ne pourra en effet que difficilement alerter des gens pour qu'ils viennent l'assister. Enfin, le chercheur estime que les électrodes implantées dans le cerveau qui permettent d'activer le dispositif ont une durée de vie limitée. Obligeant ainsi le patient à un suivi très régulier.

Haut de page

3 Commentaires

C'est immonde d'implanter des électrodes dans le cerveau d'animaux et de faire de telles expériences avec eux !
Quand ces atrocités prendront-elles fin ?
Le pire est qu'on a l'impression que l'auteur de l'article trouve tout cela complètement normal...

Soumis par Coralie (non vérifié) - le 30 mai 2008 à 14h21

Jamais le progrès que représente ce type de prothèse pour les personnes qui en ont besoin, ne justifiera les souffrances endurées par ces primates. C'est éthiquement et humainement intolérable !

Soumis par Jp (non vérifié) - le 01 juin 2008 à 21h18

Ahaha arrêtez de raconter n'importe quoi, si l'auteur trouve ça normal c'est sans doute parce qu'il sait qu'une électrode çà se pose sur le cuir chevelu (et pas dans le cerveau lol)

les cheveux çà repoussent chez les singes aussi ;)

Soumis par Yop (non vérifié) - le 06 juin 2008 à 20h41

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas