Skype serait banni par l'Education Nationale

Par 27 septembre 2005
Mots-clés : Smart city

D'après une information découverte par le site Ratiatum, les services de défense du ministère de l'Education et de la Recherche auraient fait circuler une note imposant de désinstaller le...

D'après une information découverte par le site Ratiatum, les services de défense du ministère de l'Education et de la Recherche auraient fait circuler une note imposant de désinstaller le logiciel Skype de tous les ordinateurs des universités françaises ou administrations en relation avec le ministère.
Bernard Vors, le Haut Fonctionnaire de Défense du ministère de l'Enseignement Supérieur et de la recherche aurait envoyé un ordre direct mais on ne connaît pas l'explication donnée par les décideurs.
La question de la sécurité est mise en question. Le logiciel ne présente peut-être pas toutes les garanties de sécurité nécessaires à son utilisation sur des ordinateurs qui contiennent des données sensibles. On ne sait pourtant pas le type de menace à laquelle cette interdiction répond.
On peut également penser à la cannibalisation de la bande passante par le logiciel. En effet, en installant Skype sur un ordinateur connecté au réseau d'une université, il devient un mini-serveur dans l'univers de Skype. Il relaie des conversations qui sont complètement étrangères à l'utilisateur de l'ordinateur. L'utilisateur du logiciel accepte ces conditions quand il l'installe sur son ordinateur par une clause comprise dans le contrat.
Cette interdiction pourrait déclencher une prise de conscience et avoir pour corollaire l'interdiction du logiciel sur d'autres réseaux, notamment les réseaux d'entreprise. Si elle prenait de l'ampleur, la mesure pourrait avoir de fâcheuses répercussions sur le leader mondial de la VoIP qui a été racheté il y a deux semaines par le numéro un des enchères en ligne eBay.

(Atelier groupe BNP Paribas- 27/09/2005)

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas