Le "Smart Village" fera renaître l’économie rurale

Par 25 février 2016
un groupe de jeunes londoniens a décidé d'acheter un village abandonné

Un groupe de jeunes Londoniens a décidé d’acheter un village du sud de l’Espagne pour créer une nouvelle communauté de 150 personnes voulant quitter l’agitation de la ville.

Le coût du logement est prohibitif à Londres, mais il est aussi compliqué de partir seul s’installer en Espagne. Un groupe de Londoniens a alors eu l’idée de racheter un village en groupe et d’y installer divers espaces de travail. Le projet, appelé Finding Aldea Project, a été lancé par une vingtaine d’ingénieurs et d’artistes en avril 2015. En effet, suite à la crise économique, de nombreux villages espagnols ont été désertés et le gouvernement a décidé de les mettre à la vente pour remplir les caisses. Il y aurait près de 3000 villages abandonnés actuellement.

Et le point le plus important pour le groupe est qu’un rassemblement de personnes créatives permet de favoriser l’émulation. Pour eux, c’est l’étape supérieure à celle du coworking qui est voué à être limité dans le temps. Le choix des artistes et des ingénieurs s’explique par la facilité par ces corps de métier à travailler à distance de leurs clients. Autre aspect atypique de ce projet, la sélection des 150 participants se fera à l’aide d’un algorithme utilisant le « deep learning ». Toutes les données trouvées sur les réseaux sociaux des personnes (Facebook, LinkedIn) qui postulent seront analysées afin d’éliminer les candidats qui n’arriveraient potentiellement pas à bien s’intégrer ou seraient tentées de vite partir vers une autre aventure. Ils expliquent ce choix par leur manque de temps pour faire passer un entretien à chaque personne envoyant sa candidature, avec ce premier système de filtre, ils peuvent se concentrer sur les profils vraiment intéressants.

La ville n’a pas le monopole de l’innovation

Enfin, l’ultime but reste aussi de faire renaître l’activité économique dans ces zones rurales désertées et de redynamiser les alentours en créant des emplois pour les locaux. Chacun des 150 habitants devra d’ailleurs débourser entre 5000 et 10 000 € pour son installation. Le groupe ne souhaite pas non plus s’isoler et pour favoriser la créativité, ils accueilleront volontiers des gens de passage souhaitant travailler sur un projet temporaire depuis ce village. Les premiers déménagements pour le village devraient débuter en novembre 2016, pour le moment 300 candidatures ont déjà été reçues. Un projet qui n’est pas sans rappeler les cités flottantes cherchant à se détacher de tous les freins législatifs pour libérer l’innovation.

Un exode urbain qui prend de l’ampleur

Le mouvement d’« exode urbain » n’est pas récent et depuis quelques années, on assiste à une volonté de prendre le vert de nombreux habitants des villes. Cela est possible grâce au déploiement des technologies dans des zones de plus en plus reculées (arrivée de la fibre optique, vidéo-conférences) qui permet de travailler chez soi comme si l’on était dans un bureau d’une grande métropole. Parmi les projets français, Soho Solo Gers aide les nouveaux résidents de la région à travailler depuis chez eux et à se faire facilement un réseau professionnel sur place. Des session d’accompagnement et de co-working sont régulièrement organisées pour les membres.  La tendance du « « Smart Village » devient aussi de plus en plus forte, le salon RuraliTIC se penche sur ce sujet. Sébastien Côte, son président explique: « Le Smart Village se définit par rapport à la Smart City. Que devait-il rester aux ruraux? Le Stupid Village? Non, la Smart City, c’est une meilleure gestion des transports, des déchets, de la sécurité dans les villes, mais ces problèmes viennent à la base du gigantisme qu’elles ont atteint. Le Smart Village résout cela. Aujourd’hui en France tous les ans, 70 000 personnes font le chemin campagne-ville contre 100 000 qui font le chemin inverse. Il faut être en mesure d’accueillir ces nouvelles familles qui peuvent maintenant grâce aux technologies choisir où elles vont vivre. »

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas