Quand le smartphone remplace l'urne de vote

Par 15 septembre 2011
mobilevote

Utiliser une application pourrait permettre de réduire le taux d'abstention aux élections. Reste des problèmes de sécurité à résoudre avant la mise au point effective d'un tel dispositif.

Pour diminuer le taux d'abstention, des chercheurs de l'université de Rice proposent de passer par un outil désormais dans un nombre de plus en plus important de mains : le smartphone. Selon eux, cela permettrait aux votants d'utiliser une technologie familière et mobile, ainsi que de limiter les erreurs. Il s'agirait pour ces scientifiques américains d'éviter les nombreux problèmes rencontrés par exemple lors des élections présidentielles de 2000 dans certains Etats. Du coup, ils ont réalisé une étude en mettant en place une élection fictive à laquelle participait un panel de 55 sujets, dont 44 % étaient possesseurs d'un smartphone. Les volontaires devaient utiliser les ustensiles de vote classiques aux Etats-Unis (urne électronique ou papier à poinçonner) en plus du logiciel pour téléphone. Le système de vote sur mobile se présentait sous la forme d'une application permettant de voter séparément pour chaque élection.

Un taux d'erreur presque équivalent

Il était nécessaire de visionner tous les candidats à une même élection pour pouvoir sélectionner celui de son choix. A la fin du processus, chaque élection qui avait été passée était soulignée en orange. Il était possible à tout moment pour l'utilisateur de changer ses votes et de revenir en arrière. L'étude rapporte que le taux d'erreur général (mauvais choix, absence de vote…) était sensiblement équivalent entre les deux systèmes : 2,6 % sur l'application mobile et 2,4 % sur les moyens traditionnels. On constate que les utilisateurs réguliers de smartphones se trompaient beaucoup moins sur le logiciel que sur les urnes électroniques ou le papier à poinçonner (0,2 % d'erreurs contre 1,6 %). Phénomène inverse chez les candidats ne possédant pas de téléphone dernière génération (2,4 % sur l'application mobile et 0,8 % par ailleurs).

Un processus plus long avec le mobile mais pas forcément moins efficace

En revanche, l'ensemble des participants mettait en moyenne 90 secondes de plus à compléter leur vote sur téléphone portable que sur les moyens traditionnels. D'après les chercheurs, cela ne signifie pas que le système est pour autant moins efficace, puisque cette perte de temps serait largement compensée par l'absence d'attente devant des urnes physiques ou la possibilité de ne pas se déplacer dans les bureaux de vote. De sérieuses économies pour les Etats pourraient également entrer en ligne de compte. Naturellement, de nombreux problèmes comme la sécurité d'un processus de vote à l'aide d'un mobile restent à résoudre. 

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas